N'hésitez pas à partager...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

La Chine est convaincue que ce qui se passe au Tibet, à l’occasion du 49 ème anniversaire du soulèvement tibétain, qui avait abouti à l’exil du Dalaï-lama en Inde et à quatre mois des Jeux Olympiques, est un complot de l’Occident, une tentative de déstabilisation de son régime politique et économique en pleine expansion. Les dirigeants chinois sont mal à l’aise quand ils sont confrontés à ce type d’événements. Ils savent que l’affaire est grave, très grave.
Elle est grave, parce que tout avait été mis en œuvre pour convaincre le Monde que la Chine est un pays comme les autres. Les Jeux, auxquels ils tiennent tant, doivent être la vitrine d’un pays en plein développement, en apparence heureux, moderne, alors qu’au fond, le régime n’a pas changé depuis près de soixante ans. Le peuple chinois n’est pas libre, au sens où nous l’entendons en France, mais il n’a jamais connu la démocratie et il est certainement plus heureux aujourd’hui qu’il ne l’a jamais été. Il a certes, perdu la religion, mais le Chinois a trouvé la Foi dans un avenir meilleur.
Les dirigeants chinois feignent de ne pas comprendre le combat pour les droits de l’Homme alors qu’ils accordent à leur peuple des droits sociaux et un bonheur matériel dans un pays où le marxisme a fait plus que l’impérialisme britannique, le christianisme ou la démocratie.
L’affaire est grave aussi parce qu’elle touche aux intérêts vitaux de la Chine. Le territoire du Tibet, par sa situation géographique, est stratégique. Il est le « château d’eau de l’Asie ». Les plus grands fleuves y prennent leur source. Les gisements d’uranium, de cuivre, de chrome, de lithium et autres matières premières sont considérables.
Enfin, l’affaire est grave parce que le risque est grand de voir les manifestations s’étendre dans d’autres régions du sud de la Chine et notamment dans le Sichuan.
Que peut faire la Chine, face à la pression internationale ? Ne rien faire, durcir la répression, comme le fait Zhang Qingli, le proconsul à Lhassa, accuser « la clique du dalaï-lama », faire le gros dos. La tentation est grande, d’autant plus que de nombreux pays se contentent d’inviter les dirigeants chinois « à la retenue et au dialogue ».
La Chine, après un moment d’hésitation, peut donner des gages, dialoguer sans prendre d’engagement, gagner du temps, retourner l’opinion internationale par des signes de bonne volonté qui ne l’engageront pas au delà de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques. La Chine, considérant qu’elle est en position de force sur le plan économique et monétaire peut aussi menacer. Certains de ses représentants, à bout d’arguments, ont commencé à le faire.
Il n’est pas dans la tradition diplomatique chinoise de se lancer dans une montée aux extrêmes, encore moins aujourd’hui, à ce stade de son développement. Avec le souvenir obsédant de ce qui a fragilisé l’Union soviétique et conduit à son effondrement, la Chine va probablement prendre au sérieux les revendications officielles et culturelles du dalaï-lama et tenter de rendre inopérantes, et sans objet, les initiatives entreprises par des organisations comme Reporters sans frontières. Il paraît évident que les chancelleries occidentales espèrent, et contribueront discrètement, à ce que cette « sale affaire » rentre dans l’ordre au moins provisoirement.
C’est la raison pour laquelle la pression des opinions publiques internationales doit continuer à s’exercer sur la Chine, dans son intérêt, car les Tibétains sont désespérés, et pour que le Monde devienne meilleur.

N'hésitez pas à partager...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous
si vous souhaitez être informé par Email des nouveaux articles
octobre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Archives