N'hésitez pas à partager...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

“Le 7 octobre se leva sous des signes favorables. Le ciel du matin était léger, à peine brumeux. La journée de la veille avait été aussi chaude qu’un début septembre. Après un accès de fraîcheur dans la seconde partie de la nuit, une brise du sud-est avait ramené une tiédeur qui ne semblait ni trop humide, ni orageuse”. Jules Romains commence en ces termes le vingt septième volume des “Hommes de bonne volonté”. Le 7 octobre 1933, il fait à Paris, comme chaque année à la même date, un temps qui fait dire aux vielles personnes: “Il n’y a plus de saisons”. Jules Romains, témoin de son temps, ne parle pas de la pollution, de la couche d’ozone. Par un joli matin, Paris descend joyeusement au travail. Pourtant, le ciel s’assombrit sur l’Europe en 1933. Le parisien ne se plaint pas encore de tout et de rien……La suite de la description que fait Jules Romains de Paris, ce jour-là, est également très interessante; je la raconterai demain…

N'hésitez pas à partager...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous
si vous souhaitez être informé par Email des nouveaux articles
mai 2018
L M M J V S D
« Avr    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Archives