Qui aurait imaginé, il y a vingt-cinq ans, que la loi de la jungle régnerait sur le monde en 2014, que le nationalisme ferait son retour, que les institutions internationales et le multilatéralisme déclineraient à ce point et que, d’une manière générale, le politique deviendrait aussi impuissant ?

Personne, à ma connaissance. De nombreux intellectuels, comme Francis Fukuyama, prophétisaient, qu’avec la fin du communisme, le monde allait connaître des jours radieux et une longue période de paix et de prospérité. La mondialisation de l’économie, l’information en temps réel, internet, les réseaux sociaux, les ONG, les entreprises de taille mondiale, ont profondément affaibli les Etats, développé les classes moyennes, facilité la contestation et les révolutions et contribué à déstabiliser un ordre mondial qui peine à voir le jour. La force, le droit, les valeurs universelles, ne permettent plus d’assurer la sécurité et de rendre le monde plus sûr.

Un monde sans ordre est un monde dangereux. L’histoire est là pour nous le rappeler. La reconstruction de l’Europe, en 1815 et en 1945, assura la paix pendant de longues périodes. L’effondrement de l’URSS et la fin du communisme, auraient dû être l’occasion de réfléchir à la façon d’instaurer une nouvelle ère de paix et de stabilité, mais l’hyperpuissance américaine s’est imposé et a œuvré de telle sorte que, vingt-cinq ans après la chute du mur, son hégémonie s’estompe sans que les cartes aient pu être suffisamment redistribuées pour que le monde retrouve un certain ordre. Quel gâchis ! Comment en est-on arrivé là ?

Combattant islamique

Combattant islamique

Le 11 septembre 1990, George Bush père avait exposé devant les chambres réunies du Congrès américain sa vision d’un « nouvel ordre mondial » : « Nous sommes aujourd’hui face à un moment unique et extraordinaire. La crise du golfe Persique, si grave soit-elle, offre aussi une occasion rare de progresser vers une période historique de coopération. De ces temps troublés, notre (…) objectif -un nouvel ordre mondial- peut émerger ; une nouvelle époque, plus libre de menaces et de terreur, plus forte dans la poursuite de la justice et plus sûre dans la quête de la paix, une ère dans laquelle les nations du monde, Est et Ouest, Nord et Sud, peuvent prospérer et vivre en harmonie(…)Aujourd’hui, ce monde nouveau se débat pour naître, un monde différent de celui que nous avons connu. Un monde où l’État de droit supplante la loi de la jungle. Un monde dans lequel les nations reconnaissent leur responsabilité partagée pour la liberté et la justice. Un monde dans lequel le fort respecte les droits du faible. C’est une vision que j’ai partagée avec le président Gorbatchev (…). Lui et d’autres leaders en Europe, dans le Golfe et partout dans le monde, comprennent que la manière dont nous traiterons la crise actuelle peut donner forme au futur pour les générations à venir. »

Dans le même temps, et avec moins de lyrisme, le président des Etats-Unis confiait à Dick Cheney et Paul Wolfowitz, la mission de théoriser cette doctrine et d’en définir les aspects diplomatiques et militaires qui devaient en découler. Les attentats du 11 septembre 2001 accélérèrent, sous George Bush fils, la mise au point de la nouvelle « Stratégie nationale de sécurité. »

Dans l’esprit de George H. W. Bush, les États-Unis devaient jouaient un rôle primordial dans le « nouvel ordre mondial » et la régulation des relations internationales.   Contre l’avis des plus modérés, le secrétaire à la défense, Dick Cheney, considérait que les États-Unis devaient affirmer leur domination sans partage sur le reste du monde. Pour imposer une « Pax Americana », les Etats-Unis devaient se doter des capacités militaires nécessaires, et suffisantes, pour intervenir à tout moment sur n’importe quel théâtre d’opérations dans le monde. Cette doctrine partait du principe que la puissance militaire américaine avait le devoir de garantir le « nouvel ordre mondial ». Les menaces recensées, dans le rapport du 7 février 1991 de l’amiral David E. Jeremiah, adjoint du chef d’état-major Colin L. Powell, sont intéressantes à rappeler : la reconstitution du Pacte de Varsovie sous l’impulsion d’un nouveau gouvernement russe agressif ; l’invasion russe des pays baltes ; une attaque par Cuba du canal de Panama ; des attaques contre les ressortissants états-uniens aux Philippines ou dans un autre État d’Extrême-Orient ; l’acquisition par l’Irak et la Corée du Nord d’armes de destruction massives dont Saddam Hussein et Kim Il Sung pourraient faire usage au cours d’une crise de démence.

Le site de la revue ESPRIT

Le site de la revue ESPRIT

Paul Wolfowitz, le sous secrétaire à la Défense, chargé des questions politiques de Bush père, par la suite, Secrétaire adjoint à la Défense de George H. W Bush, le fils, était encore plus précis : « Notre premier objectif est de prévenir la re-émergence d’un nouveau rival, que ce soit sur le territoire de l’ancienne Union soviétique ou n’importe où, qui présenterait une menace comparable à celle de l’ancienne Union soviétique. Ceci est le souci dominant qui sous-tend la nouvelle stratégie de défense régionale et requiert que nous nous engagions à prévenir tout pouvoir hostile de dominer une région dont les ressources pourraient, s’il en prenait contrôle, s’avérer suffisantes pour en faire une puissance globale. Ces régions comprennent l’Europe, l’Extrême-Orient, les territoires de l’ancienne Union soviétique, et l’Asie du Sud-Est. Il y a trois aspects additionnels à cet objectif : Premièrement, les USA doivent faire preuve du leadership nécessaire pour établir et garantir un nouvel ordre mondial apte à convaincre les compétiteurs potentiels qu’ils ne doivent pas aspirer à un rôle régional plus important ni prendre une posture plus agressive pour défendre leurs intérêts légitimes. Deuxièmement, dans les zones de non-défense, nous devons représenter suffisamment les intérêts des pays industrialisés de manière à les décourager de concurrencer notre leadership ou de chercher à renverser l’ordre politique et économique établi. Enfin, nous devons conserver les mécanismes de dissuasion des compétiteurs potentiels qu’ils soient tentés de jouer un rôle régional plus important ou un rôle global. Les États-Unis doivent être en mesure d’agir indépendamment quand une action collective ne peut être orchestrée ». Ils « doivent s’attendre à ce que les coalitions futures soient des alliances ad hoc » et faire comprendre que « l’ordre mondial est en définitive adossé aux États-Unis » (et non pas à l’ONU). »

Treize ans après, que reste-t-il de cette vision du monde et de cette doctrine ?

L’hyperpuissance américaine n’est plus d’actualité. L’interventionnisme de George H. W Bush en Afghanistan et en Irak n’a pas été concluant, c’est le moins que l’on puisse dire ! Dans ces deux pays, après le retrait des forces américaines, c’est le vide, le chaos, qu’exploitent des groupes armés et des organisations terroristes, quand ce ne sont pas des Etats voisins. L’application abusive d’une décision du Conseil de sécurité, lors de la chute de Kadhafi, a eu de graves conséquences. En Syrie, le recul des Etats-Unis et du Royaume-Uni, a, de l’avis des experts, constitué un « tournant majeur dans l’ordre international ». Nonobstant, l’élimination des armes chimiques, Assad a donné

Le congrès de Vienne

Le congrès de Vienne

l’impression de sortir vainqueur de son « bras de fer » avec l’Occident et les mouvements djihadistes ont eu, au moins provisoirement, la voie libre pour se constituer un « califat ». Plus près de nous, l’annexion de la Crimée et la déstabilisation de l’Ukraine, illustrent ce que pourrait devenir le nouveau paradigme stratégique si le monde ne se dote pas rapidement de règles communes et d’un système de relations internationales digne de ce nom.

revue EspritLa retenue des Etats-Unis et le refus des Européens d’affirmer leur puissance ont modifié, sans doute durablement, l’équilibre stratégique des forces en présence dans le monde. La force n’est peut être plus le préalable indispensable à la gestion des crises, de plus en plus complexes, mais l’absence de solutions politiques conduit régulièrement à un pourrissement des situations et à une explosion de violence.

Bref, il n’y a plus de leadership américain, l’Union européenne a tendance à se contenter d’être une ONG de grande taille et l’ONU, insuffisamment représentative, soixante dix-ans après la fin de la guerre, a atteint les limites de son autorité. Autant dire que, d’une manière générale, le multilateralisme est en crise. Aucune décision importante n’a été prise depuis dix ans dans des domaines aussi importants que l’économie, le climat, la sécurité ou le commerce.

Dominique Moïsi, professeur au King’s College de Londres, conseiller spécial à l’Ifri écrivait dans Les Echos du 22 septembre 2012 (1) :  « Au moment où nous sommes confrontés aux menaces de l’autoritarisme russe et de l’extrémisme d’illuminés, barbares, incultes et sanguinaires, les leçons du congrès de Vienne peuvent sembler lointaines et indirectes. Et pourtant, elles sont limpides. Il y a des intérêts communs à l’ensemble des acteurs qui l’emportent sur les calculs individuels. La Chine, l’Inde et le Brésil sont des « actionnaires » à part entière du jeu mondial et ont, eux aussi, besoin d’un minimum d’ordre. Un ordre auquel ils se doivent de contribuer. Il ne s’agit pas pour Pékin de jouer Moscou contre Washington, mais de choisir le parti de l’ordre face à celui désordre. Car nous sommes dans le même bateau, confrontés « aux récifs des révisionnismes » les plus déstabilisants.

Il est certes trop tôt pour songer à réunir l’équivalent contemporain du congrès de Vienne. Où pourrait se tenir d’ailleurs une telle réunion ? Mais il ne faut pas attendre qu’il soit trop tard pour s’inspirer des principes qui ont permis le succès d’un congrès qui s’ouvrait il y a exactement deux cents ans. «

Sur tous ces sujets, j’invite le lecteur à se procurer le numéro 407 de la revue ESPRIT (août-septembre 2014) consacré, sous la direction de Nicole Gnesotto, au « Nouveau désordre mondial ».

(1) (http://www.lesechos.fr/journal20140922/lec1_idees_et_debats/0203790287409-les-conditions-dun-nouvel-ordre-politique-mondial-1045086.php

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Abonnez-vous
mars 2017
L M M J V S D
« Fév    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Archives