Faut-il se faire à l’idée qu’il y a des problèmes qui n’ont pas de solution. C’est à croire quand on voit se multiplier des « accidents » qui offrent de troublantes similitudes. Je prends deux exemples récents qui apparemment n’ont rien en commun : L’arche de Zoé et le cas Jérôme Kerviel.
Dans un cas comme dans l’autre, la surveillance et les contrôles n’ont été ni dissuasifs, ni suffisants. Le 25 mai 2007, le Quai d’Orsay avait émis une « mise en garde » à la suite d’interventions de l’Autorité centrale pour l’adoption internationale qui avait signalé au Parquet de Paris les agissements d’Eric Breteau. Reçu par la brigade des mineurs, celui-ci est à nouveau mis en garde mais il ne fait pas l’objet d’un suivi. Dans l’autre cas, le rapport Lagarde précise que « très clairement, certains mécanismes de contrôle interne de la Société Générale n’ont pas fonctionné et ceux qui ont fonctionné n’ont pas toujours été suivis des modifications appropriées ». En clair, le back office n’était pas aussi performant que le desk.
Dans un cas comme dans l’autre, il y a eu tricherie, mensonges et infractions. Eric Breteau change le nom de son ONG pour tromper les autorités Tchadiennes et Françaises. Il écrit, de sa main, que les parents des « orphelins » sont morts dans des bombardements alors qu’il sait pertinemment que c’est faux. Il pose de faux pansements et bandages, pour faire passer les enfants pour des blessés qu’il prend en charge. Jérôme Kerviel dissimule ses positions spéculatives sur les contrats à terme d’indices boursiers européens, fait des transactions fictives, des faux mails, dépasse les limites autorisées et s’enferme dans le mensonge.
Dans un cas comme dans l’autre, l’intéressé est convaincu que si on l’avait laissé faire, les faits lui auraient donné raison. Eric Breteau, du fond de sa cellule, a écrit une longue lettre manuscrite dans laquelle il conteste toutes les accusations dont il est l’objet, mais aussi affirme qu’il est victime « d’une cabale hallucinante », qu’il s’agissait bien d’orphelins en détresse qu’il a voulu sauvé et « qu’il est le seul à avoir essayé de faire quelque chose pour le Darfour ». Les procès-verbaux des auditions de Jérôme Kerviel, publiés par le journal Le Monde, sont à cet égard, stupéfiants. Le trader y exprime sa conviction que si on ne l’avait pas arrêté, il aurait pu se « refaire ». Il explique qu’il n’avait d’autre but que de faire mieux que les autres traders pour la plus grande gloire de la Société Générale. La preuve, quand sa position était bénéficiaire de un milliard quatre, s’il avait osé l’avouer à sa hiérarchie, il aurait apporté la preuve de son génie et du bien fondé de sa stratégie. Il se persuade que si ses supérieurs ne sont pas capables de déceler ses fraudes, c’est qu’ils les autorisent. Dans le Monde d’hier, il est rapporté qu’il aurait été jusqu’à affirmer qu’il avait « découvert une martingale sur le contrat à terme sur le Dax, en jouant sur les horaires d’ouverture du marché ».
Dans un cas comme dans l’autre, un courant de pensée se mobilise sur internet pour soutenir « le fautif sympa, désintéressé, au grand cœur », alors même que la presse, dans son ensemble, et les Pouvoirs publics dénoncent la fraude et l’infraction aux règles. Cette réaction d’une partie de l’opinion publique en dit long sur l’état d’esprit des Français à l’égard des banques et des institutions en général.
Dans un cas comme dans l’autre, ceux qui ont une pratique normale et respectent les règles établies, souffrent des conséquences de l’accident. Le HCR, la Croix-Rouge et l’Unicef, présidé par mon ami Jacques Hintzy, qui luttent au Darfour dans des conditions difficiles pour accomplir leur mission dans le respect des conventions internationales, vont subir les conséquences de la pratique inqualifiable de l’Arche de Zoé. Au desk de la Société Générale, les traders qui ne trichent pas, qui respectent les règles édictées par la hiérarchie mais aussi une certaine éthique, sont furieux. Leur image déjà écornée par des bonus très élevés, leur mode de vie livré en pâture à cette occasion, sont sous les feux de l’actualité. De nouvelles contraintes vont leurs être imposées, ce qui est normal, mais ce n’est pas Jérôme Kerviel qui en souffrira, il va sans doute disparaître définitivement des salles de marché.
Dans un cas comme dans l’autre, le Président de la République a commenté à chaud l’événement. Hypersensible à l’opinion publique française, il n’a pris aucun risque en ne parlant que de la responsabilité du président de la Société Générale et, en ce qui concerne l’Arche de Zoé, a promis, un peu vite, qu’il « irait chercher ceux qui restent quoi qu’ils aient faits ».
Que faut-il en conclure ? Que la mondialisation et le capitalisme créent en permanence les conditions pour que de tels accidents se produisent. Qu’il y a un rapport asymétrique insurmontable entre ceux qui respectent les règles établies et ceux qui ne peuvent résister à des pulsions irrationnelles. Le comportement de Zinedine Zidane en finale du Mondial de football avait stupéfié et partagé le monde entier. Que l’enseignement des mathématiques à ce niveau doit être accompagné d’un enseignement psychologique ?
Il est indéniable que le dépassement de soi, l’obsession de la performance, la quête de l’exploit, poussés au paroxysme, posent des problèmes. Ont-ils des solutions, ce n’est pas certain. La théorie de l’Académicien, René Girard, dont j’ai parlé récemment, sur le mimétisme, la montée aux extrêmes et le bouc émissaire, trouve là toute sa pertinence. L’ambition du pouvoir, l’impérieuse nécessité de réussir dans un monde organisé autour de l’argent, la volonté de dépasser les limites, transforment des hommes quelconques en pilotes de Formule 1. Le besoin, pour être connu et reconnu, d’être plus loin que soi-même, plus loin que la réalité, fabrique des endorphines qui vont déclencher des sensations de plaisir et de douleur. Les traders reconnaissent d’ailleurs que la douleur que déclenche une position perdante et supérieure au plaisir qu’engendre un gain important. Au fond, ce qui est difficile, c’est de garder l’équilibre en toutes circonstances. Mettre le curseur au bon endroit, être un sage et, à ce titre, faire partie de l’élite. Daniel Bouton n’est pas Jean-Marie Messier, mais, tel le pilote de Formule 1, il prend des risques en permanence. Il ne peut vérifier lui même que chaque boulon de chaque roue a bien été vissé. Lui aussi n’a pas envie d’être le bouc émissaire.
Il serait donc impossible d’éviter que des hommes, ou des femmes, cherchent en permanence à échapper à leur condition en trichant dans la course vers l’excellence. Raymond Aron avait raison, il faut se faire à l’idée qu’il y a des problèmes qui n’ont pas de solution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Abonnez-vous
mars 2017
L M M J V S D
« Fév    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Archives