Dans ce blog, je me suis déjà, à plusieurs reprises, référé à l’anthropologue et philosophe français René Girard, décédé l’année dernière. Académicien, professeur émérite à l’université de Stanford, inventeur de la « théorie mimétique », René Girard a théorisé la « montée aux extrêmes ».

L’actualité, dans tous les domaines, confirme chaque jour la pertinence de cette théorie. Certes, dans les recherches de René Girard, la « montée aux extrêmes » s’applique principalement aux conflits armés. Il convenait cependant que la politique, désormais, court derrière la guerre. Les passions se déchaînent et les revendications se crispent. La loi des rapports humains qui veut que l’on désire toujours ce que désire autrui se traduit souvent par une course à l’abîme. De là cet enchaînement de haines et de vengeances que les religions archaïques parvenaient à endiguer grâce à la désignation d’un bouc émissaire, d’un faux coupable que l’on sacrifie à la paix. Dans le schéma de R. Girard, c’est le Christ et sa passion qui, en dévoilant le mensonge du sacrifice, appellent les hommes à renoncer à la violence.achever Clausewitz de René Girard

Quand la rationalité politique échoue à endiguer la violence, sous toutes ses formes, celle-ci devient imprévisible. Commence alors, le règne du tout ou rien. Il faut se rendre sur les réseaux sociaux pour prendre conscience de ce qu’est la « montée aux extrêmes ». Les déclarations publiques ne sont pas en reste, même s’il faut prendre garde à ne pas mélanger les genres.

Quelques exemples…

Quand le nouveau bâtonnier de Paris, Frédéric Sicard, s’inquiète du fonctionnement de la justice en France et d’une série de lois qui « grignote l’État de droit », il est dans son rôle. Quand il déclare au Figaro : « Tous les spécialistes le disent : l’arsenal juridique existait au moment des attentats, c’est juste que l’État n’a pas les moyens de l’utiliser. Une loi de plus ne changera rien. En revanche, en l’état actuel du texte, la France peut basculer dans la dictature en une semaine. Ce n’est pas acceptable », il monte le ton dans le souci d’être clair, mais n’apaise pas le débat et prend le risque de déclencher une polémique.

Quand, dans Le Soir de Bruxelles, Manuela Cadelli, présidente de l’Association syndicale des magistrats déclare que « le néolibéralisme est un fascisme car l’économie a proprement assujetti les gouvernements des pays démocratiques mais aussi chaque parcelle de notre réflexion », elle ne prend aucunes précautions oratoires. L’État, dit-elle, est maintenant au service de l’économie et de la finance qui le traitent en subordonné et lui commandent jusqu’à la mise en péril du bien commun. L’austérité voulue par les milieux financiers est devenue une valeur supérieure qui remplace la politique. »

Sous le prétexte de « nommer les choses », élément de langage à la mode, elle milite et appelle à « une réaction démocrate concertée, notamment au sein des services publics », ce qui dit bien ce que cela veut dire. « Le néolibéralisme est cet économisme total qui frappe chaque sphère de nos sociétés et chaque instant de notre époque. C’est un extrémisme » appelle dans son esprit, une réponse extrémiste. L’économiste Thomas Piketty ne disait pas autre chose dans son étude des inégalités et du capitalisme au XXIe siècle (Seuil 2013).

Autre exemple…

MM. Gattaz et Martinez

MM. Gattaz et Martinez

Le candidat Hollande, expert en compromis, disait en octobre  2011, :  » Je veux une gauche qui apaise  » ? C’est raté. L’hystérisation du corps social a toutes les chances de caractériser son mandat. Philippe Martinez, le mal élu de la CGT, et Manuel Valls, en chute libre dans les sondages, se dressent l’un contre l’autre comme des coqs. Pour l’instant, François Hollande laisse dire et compte les points. Ce qui lui est reproché, par ailleurs. Il est convaincu que cette réforme sera tôt ou tard reconnue comme la grande œuvre de son mandat. Pendant ce temps, le président du Medef, menace et perd son sang-froid. La charge de Pierre Gattaz contre la CGT : « Ils se comportent comme des voyous, des terroristes », a été maladroite. Ses excuses n’y changent rien. Il en avait été de même quand il a menacé le gouvernement de quitter la table des négociations, alors que c’est précisément par la négociation, et par elle seule, que l’on sortira de la situation actuelle.

À droite toute…

À Béziers, il y a quelques jours, la droite s’était donné rendez-vous pour réfléchir, à l’initiative du maire de la ville. Robert Ménard. Je ne sais pas ce qui s’est passé pour qu’Yves de Kerdrel, le patron de Valeurs actuelles, déclare dans le train qui le ramenait à Paris : « J’ai découvert le trotskisme de droite. Et je ne suis pas très satisfait, ». Il faut dire que Robert Ménard n’a pas fait dans la finesse. Il voulait rassembler les diverses branches de droite, catho-libérale d’un côté, lepéno-identitaire de l’autre. Sur les thèmes tels que : Plus de police, plus d’armée, moins de social, la suppression – ou presque – de l’Éducation nationale, l’autodéfense organisée, la « famille française » d’abord, il a chauffé la salle. Que propose-t-il ? Il veut un État fort, défenseur de l’identité française traditionnelle. Un peu moins de République et un peu plus de France. L’escalade, la montée aux extrêmes a évidemment caractérisé la réunion. C’était facile tant l’exaspération, l’inquiétude et la colère étaient perceptibles chez les participants à la réunion. Le journal du soir l’a ainsi résumée. « Il y avait à Béziers, un petit côté « Nuit debout » de droite. Le même besoin de parler, la même inquiétude pour l’avenir, le même folklore participatif. La même conviction qu’on doit faire quelque chose. La différence tient en deux mots : immigration, islam. »

Le sport n’est pas épargné. Les déclarations des Cantona, Debbouze et autres zozos, minent le climat qui entoure la préparation de l’équipe de France de football. En 1998, ce n’était pas mieux, pour d’autres raisons. L’équipe de France devint championne du monde. Ceux qui n’avaient pas été sélectionnés y pensent encore et n’ont toujours pas digéré. Les rancunes sont tenaces !

Football, politique, racisme, toutes les conditions sont réunies pour exciter les médias en attendant le début de l’Euro le 10 juin. Nombreux sont ceux qui pensent que Benzema a marqué un but contre son camp, en faisant croire à tous les Arabes qui ne réussissent pas, que c’est parce qu’ils sont discriminés. Une majorité de Français souhaitaient son exclusion. Peut-être que les sondages ont influencé le Premier ministre Manuel Valls. Il a parlé trop vite. Il est sans doute difficile pour un sélectionneur, de ne pas entendre une demande d’un Premier ministre. Il n’en reste pas moins que les propos tenus, en raison de leur caractère politique, sont dangereux et extrémistes.

Autres exemples, à l’étranger, de « montée aux extrêmes ».Trump

Donald Trump frappe de plus en plus fort, sans nuances et sans limites. Sur le plan environnemental, par exemple, il a promis de remettre le cap sur les énergies fossiles aux États-Unis, fustigeant les restrictions proposées par la COP 21 sur la fracturation hydraulique qui, d’après lui, auront pour effet de mettre le pays sous la coupe des producteurs du Moyen Orient. C’est l’opinion du parti républicain qui défend les énergies fossiles. Certains membres de ce parti contestent même la responsabilité de l’homme dans le phénomène du réchauffement climatique. Trump a promis d’« effacer » les accords de Paris sur le climat. Il ne veut pas que « des bureaucrates étrangers viennent contrôler tout ce qu’on fait chez nous ». L’Amérique, d’abord ! Son discours sur la grandeur de l’Amérique a du succès. C’est pour cette raison qu’il veut restaurer la domination mondiale des États-Unis dans le domaine de l’énergie qui doit redevenir « un objectif de politique étrangère et un objectif stratégique ». Ses propos sont évidemment accueillis avec soulagement par les puissants pétroliers.

Le 9  mai, David Cameron assurait que le Brexit augmenterait les risques de guerre en Europe, peut-être même de guerre mondiale. Pour une montée aux extrêmes « verbale », c’est assez réussi ! Quelques jours plus tard, Boris Johnson, le chef de file de la campagne pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, lui répliquait en franchissant un nouveau cran dans l’escalade : « Il faut quitter l’UE au plus vite parce que son ambition est la même que celle d’Hitler : asservir l’Europe à un super-Etat non démocratique. Seuls les moyens diffèrent. » Les deux hommes appartiennent au Parti conservateur. Il n’est pas contestable que le Brexit aurait des conséquences stratégiques importantes, mais est-il nécessaire d’employer de tels arguments ?

En Israël, l’ultranationaliste Avigdor Liberman, spécialiste des déclarations racistes et populistes vient de prendre la tête du ministère israélien de la Défense ; une décision qui a fait dire au général Yaïr Golan, adjoint du chef d’état-major de l’armée que le régime aurait maintenant « des similarités avec l’Allemagne nazie ». Si ce n’est pas une montée aux extrêmes en termes de violence verbale, je ne m’y connais pas.

Il faut dire que’Avigdor Liberman avait déjà pour surnoms « KGB » ou « Raspoutine ». En mars 2015, il avait déclaré que les Arabes israéliens qui ne se montraient pas loyaux envers l’État hébreu devaient être « décapités à la hache ». Ministre des affaires étrangères dans un précédent gouvernement Nétanyahou, il était devenu indésirable à Washington en raison de ses propos excessifs et de certaines prises de position jugées irresponsables.

MM. Liberman et Nétanyahou

MM. Liberman et Nétanyahou

Parlons un peu de la Turquie. Son évolution est inquiétante. Au pouvoir depuis 2002, Recep Tayyip Erdogan, a manqué l’occasion, qui lui était offerte, de représenter un modèle pour les « printemps arabes ». Grisé par le pouvoir, il ne cesse de détruire la Turquie moderne. Il s’éloigne de l’Europe démocratique et regarde maintenant vers le Moyen-Orient qui ne connaît que les régimes autocratiques.

Il veut mettre en place un régime présidentiel, avec un pouvoir absolu, qui aura toutes les caractéristiques d’une dictature. Un amendement constitutionnel va lui permettre de se débarrasser du groupe des députés kurdes accusés de complicité avec le PKK, après avoir mis au pas la plupart des grands corps de l’État, de la police à la justice. Il réduit la liberté de la presse, fait arrêter des journalistes, des avocats sous le prétexte d’assurer la sûreté de l’État. Sans contre-pouvoir, la Turquie ne sera bientôt plus une démocratie.

Comment, dans ces conditions, ne pas penser à René Girard et à sa théorie de la « montée aux extrêmes ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Abonnez-vous
juillet 2017
L M M J V S D
« Juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Archives