N'hésitez pas à partager...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Mon père, qui était né le 10 mai 1908, aurait eu cent ans cette année. J’ai rendu hommage à sa mémoire dans un billet récent que je compléterai pendant l’été par quelques épisodes de son existence qu’il avait lui même rédigés où que j’ai écrit dans la biographie que je lui ai consacrée.
Le premier, mis en ligne aujourd’hui, concerne la période de l’occupation de la ville de Dinan par les Allemands. Depuis le 7 octobre 1937, mon père y exerçait les fonctions de directeur des services techniques. Il se souvenait que le 16 mai 1940, le député-maire, Michel Geistdoerfer frappait du poing sur son bureau, prennant Gilbert à témoin : « Les guerres ne se gagnent pas avec des restrictions et des évacuations… » Les réfugiés affluaient. Le maire avait constitué un comité à la tête duquel il avait mis un homme âgé qui fut jadis son précepteur et qui, en 14-18, eut des fonctions analogues. Il faut des locaux, des moyens de couchage, assurer le ravitaillement, coordonner les actions… Une petite partie des réfugiés put être logée chez des particuliers. Un lotissement, dont l’équipement était avancé, le lotissement Boulay, fut réquisitionné et des baraquements y furent construits. Un hangar fut utilisé rue Victor Bash ; Un autre route de Dinard, et Gilbert fit acquérir par la Ville une maison appartenant à monsieur Yvangot située rue du Petit Fort. Elle était peu coûteuse et offrait une grande surface de plancher. Il fallut faire des centaines de lits avec les moyens du bord et équiper des lieux d’accueil avec des tables, des chaises, etc.…
« Au Comité, chacun s’occupait de son mieux. Madame René Pleven, la mère du futur ministre, très active, et moi avons parfois bousculé le Président, plein de bonne volonté, mais qui n’était pas dans le rythme…Il régnait une grande effervescence. Nous n’apprenions sans arrêt, avec angoisse, la progression des Allemands et les noms des villes qui tombaient. » À Dinan, comme partout, la population était médusée mais rares sont ceux qui quittèrent la ville.
Le 16 juin, le Député-Maire donna l’ordre à Gilbert de cacher « la mort du Sergent Gombault » qui orne la Salle du Conseil. Ce tableau représente l’exécution d’un jeune Dinannais de 20 ans, parent de la famille Pleven, pendant la guerre de 70. Le Sergent Gombault, bien emballé, dormira au grenier jusqu’à la fin de la guerre.
Le 17 juin, l’explosion d’un train de munitions en gare de Rennes provoqua un carnage. Depuis deux mois, Gilbert avait peu dormi; il était très fatigué. Quand il rentre chez lui, venant de la cantine des réfugiés, à la gare, il est exténué. Dans la nuit, il a près de 40° de fièvre. Le lendemain, le Docteur Vidal constate qu’il a une angine et lui dit : « Si vous voulez reprendre le travail rapidement, je vous conseille de garder le lit. »
« Les Allemands, les Allemands ». Les premières colonnes motorisées allemandes traversent la Rance le 18 juin. Les soldats qui sautent les premiers des véhicules entrent à la Poste, pour neutraliser les communications téléphoniques et, à l’Hôtel de Ville, pour arrêter la Municipalité et les principaux chefs de service, le temps de prendre possession de la ville. Gilbert, et son fils qui a grimpé sur une table, voient par le bow-window, pendant de longues heures, les soldats allemands se diriger vers les casernes. Un side-car se détache et passe devant l’immeuble. Le passager, l’arme au poing, inspecte les fenêtres. Il porte un ciré felgrau. Le jour même, les horloges sont avancées d’une heure. Les Dinannais vont maintenant devoir vivre à l’heure allemande.
Passés les premiers moments de stupeur et de crainte, les Dinannais découvrent l’occupation. Quand Gilbert reprend son service, le 20 juin, « il trouve au Cabinet du Maire un gros officier Allemand dont monsieur Youvanich, le bibliothécaire, traduit difficilement une langue rugueuse mêlée de mâchouillements de cigare. En gros, il précise les conditions dans lesquelles les administrations municipales sont soumises au contrôle allemand et devront répondre aux ordres de la Kommandantur. Il indique aussi les risques qu’encourrait la population si l’armée allemande était attaquée ou simplement gênée. Le Député-Maire écoute puis demande que tous les ordres passent par lui. L’officier allemand parti, il nous donne l’ordre de ne répondre à aucune demande des Allemands et de ne prendre aucune position vis-à-vis d’eux sans lui en avoir référé.
Le gros de l’armée allemande a poursuivi vers l’ouest. Ceux qui restent à Dinan se sont installés dans les casernes, dans les hôtels et chez l’habitant; les prisonniers français sont regroupés dans une des casernes. Les soldats allemands se comportent correctement. On raconte que ceux qui sont logés à l’hôtel, qui est devant la gare, enlèvent leurs bottes pour monter les escaliers sans faire de bruit lorsqu’ils rentrent tard le soir. » A la fin de l’année 1940, la Kommandantur donna par voie d’affiches et de communiqués, des ordres qui faisaient entrer les Dinannais dans un réseau de contraintes très pénibles au quotidien. Défense d’écouter la radio anglaise, interdiction de chanter, de pavoiser, de chasser, de détenir des pigeons voyageurs ! Le couvre-feu de 23h à 5h1/2 le lendemain est strict.
Le 2 septembre, le conseil de guerre des Côtes du Nord condamne à la peine de mort, le sieur Dubreuil, pour avoir donné un coup de pied dans le bas ventre d’un Allemand au cours d’une bagarre dans un café. Le ravitaillement constitue déjà la principale préoccupation de la population. À la Mairie, le régime de Vichy se met en place. Gilbert a noté « qu’il devient évident que la situation du Député-Maire est fort délicate. Il n’est pas homme à agir à l’inverse de ses convictions. Autant les relations sont courtoises et même bonnes avec le sous-préfet Musso, autant elles sont déplaisantes avec le pisse-vinaigre Mayade qui sera fusillé à la Libération pour son comportement comme Préfet, chargé de la police, dans le Midi. » Chaque matin, à 11 h, le Député-Maire, ses adjoints, le Secrétaire général et Gilbert se réunissent pour commenter les faits de guerre et préparer les décisions à prendre.
« Nous étions assez indécis devant tant d’événements et d’une telle intensité. Les Allemands cherchaient à exploiter la France au maximum. Il faudra cultiver l’espérance et se comporter en Français en essayant de ne pas se faire prendre. Toutes relations peuvent en effet prendre un caractère conflictuel. Il faut donc réduire celles-ci au strict minimum. Il faut faire preuve de dignité en permanence et faire en sorte qu’aucun Allemand, retournant dans son pays, n’emporte l’impression que le Français est inférieur à lui en savoir-vivre, en culture ou en technique. ».
Les demandes allemandes commencent à arriver. Le sanitaire de la caserne, où sont les prisonniers français, est infect : des tinettes qui débordent et les pauvres prisonniers qui se livrent à des tâches repoussantes. Le réseau d’égouts est récent et il reste à raccorder les riverains. Je fais aménager les sanitaires et réaliser leur jonction à l’égout. « Un jour, alors que je me trouve Place Duclos, j’entends une marche funèbre venant de la rue Chateaubriand. Un cortège débouche qui se dirige vers la rue Thiers, sans doute en direction de la gare. En tête, la musique militaire, puis le cercueil du général (je l’apprendrai plus tard) recouvert d’un drapeau frappé de la croix gammée et un détachement de troupe. Les rues sont vides, les rares passants s’esquivent. »
« Peu de temps avant Noël, un Allemand surgit dans mon bureau et me demande de le suivre à la feldgendarmerie. On me fait asseoir à une table, trois feldgendarmes en face de moi. L’un d’eux, qui parle assez bien le français, m’interroge. Je ne comprends pas de quoi il est question. Par moments, les Allemands parlent entre eux puis l’interrogatoire reprend. Petit à petit les choses se précisent. Il y avait, avant la guerre, plusieurs avions de tourisme au terrain municipal d’aviation de Dinan-Trélivan. L’ordre est venu de peindre des cocardes tricolores sous les ailes. Un service de réquisition est venu ensuite qui a éliminé un appareil et demandé qu’il soit retiré du terrain.
-On aurait dû effacer les cocardes, puisqu’il n’était pas réquisitionné, mais il y avait d’autres soucis ; on l’a oublié ! En tout cas, ailes repliées dans son hangar, il ne cause pas de soucis.
– Il n’est plus dans le hangar; on l’a trouvé à Quévert, dans un champ, ce matin.
Je suis ahuri, sans avoir à forcer la note.
– Puis-je faire remarquer que, dans ces conditions, cela sort de mes compétences et qu’il convient de s’adresser au Maire.
Encore des heures de palabres; il est 19h lorsque je sors de la Feldgendarmerie. Celui qui parlait français était calme; les deux autres hargneux. Ouf ! J’ai su, par la suite, que des collégiens avaient tenté de se rendre en Angleterre avec cet avion. »
C’est par un arrêté en date du 11 décembre 40 que le Député-Maire, Michel Geistdoerfer, fut révoqué de son mandat pour avoir « manifesté une hostilité systématique à l’œuvre de redressement national entamée par le maréchal Pétain et à son gouvernement. » Le conseil municipal se réunit une dernière fois, le 10 janvier, avant d’être, à son tour, dissous par un arrêté de Peyrouton, le Ministre de l’Intérieur qui nomma, pour administrer la ville une délégation spéciale présidée par Henry Aubry, un notaire.
L’atmosphère est lourde en ce début d’année. La Kommandantur décide et affiche de nouvelles interdictions qui réduisent encore les libertés publiques. La solidarité, au profit des prisonniers de guerre, s’organise; des colis, des matches, des kermesses se succèdent.
« Chaque matin, le nouveau Maire passait à la Kommandantur et n’arrivait à la mairie que vers onze heures. Un jeune soldat allemand, parlant un peu le français, et, par la suite, deux prisonniers français, apportaient les instructions allemandes. L’un d’eux, Maître Stibbe, un avocat qui deviendra célèbre, profita d’une de ces missions pour s’évader avec l’aide du chef du service du ravitaillement. Je l’ai revu à Dinan, quelque temps après la Libération; il représentait le MLN. Par la suite, il a été l’avocat des révoltés malgaches avant de mourir subitement, au Palais, pendant qu’il plaidait. »
Gilbert reçoit des notes comminatoires qui font rire aujourd’hui. La directrice du Foyer du soldat, Madame Olstersdorf, le bombarde d’instructions semblables à celle qu’il reçoit le 5 mars. « Vous êtes prié de terminer les travaux d’installation des salles de bains; les fournitures nécessaires se trouvent à Rennes. Dans la cage d’escalier, l’entourage du chauffage est à faire. Le passage de la cour menant aux toilettes aussi. Il est également demandé la terminaison des poulaillers et des clapiers. Pour les chambres d’ordonnance, il manque encore des armoires, tables, chaises. Il faut que les grandes pièces inoccupées au 2ème étage soient installées pour permettre aux soldats d’y passer la nuit. Je vous demande d’entreprendre ces travaux dès à présent. »
Le 18 mai 1941, Darlan, qui a succédé à Laval, réunit à Saint Brieuc les maires et autorités régionales. Gilbert emmène, dans sa chétive Rosengart, le Maire et madame Aubry, qui en profite pour faire quelques visites. Au retour, Gilbert écoute les impressions que monsieur Aubry a retirées de l’entretien : « Darlan a discrètement cherché à faire comprendre qu’il fallait se comporter en bon français tout en dictant ses directives » Gilbert a ainsi la confirmation qu’il faut se méfier de tout car on ne sait rien ou à peu près. Depuis que les postes de radios ont été réquisitionnés et stockés dans la salle du conseil municipal, les rumeurs vont bon train. « Si certains, très discrets, peu nombreux, eurent un comportement patriotique, d’autres furent complaisants ou serviles, par opportunisme ou par couardise. Ceux-là eurent le plus souvent la langue trop longue, annonçant chaque semaine le prochain débarquement et usant les nerfs de leurs concitoyens. Quelques-uns, heureusement très peu nombreux, furent complices des Allemands. Un adjudant français, Pralon, dont l’épouse allemande exerçait sur lui une pression à laquelle il ne tentait pas de résister, eut un comportement lamentable. La femme, secrétaire à la Kommandantur, fut odieuse pendant toute l’occupation. L’épouse d’un ingénieur français prisonnier devint la maîtresse d’un commandant allemand. J’avais rendu service à son mari, Morin, qui avait travaillé à la pose des égouts et fait le projet d’agrandissement du stade. Je considérais que ses intérêts devaient être protégés. Un jour, l’ordonnance du commandant, vint en hâte me chercher pour me conduire chez celui-ci. En route, à pied, il me dit que la compagne du commandant était furieuse car elle avait manqué d’eau pour prendre son bain. Il ajoute qu’elle est insupportable et qu’il a déjà dit au commandant que lui, soldat allemand, n’admettait pas de servir cette Française qui trahissait son pays. Le commandant me reçut assez mal mais comprit mes explications et se montra finalement bon bougre. N’empêche que cette garce aurait pu m’envoyer dans les camps allemands. De la Kommandantur, venait de temps en temps, des lettres de français à traduire. Je me souviens de l’une d’elles; une femme des environs de Dinan signalait que son mari agissait contre les Allemands. Enquête faite, elle avait un amant et voulait se débarrasser d’un mari gênant! »
Un dimanche après-midi, Gilbert et Henriette sont attablés à la terrasse du Celtic. Au moment de payer, le serveur dit à Gilbert qu’un officier allemand, à une autre table, a déjà réglé. Que faire? Refuser et prendre le risque de le vexer; accepter et prendre le risque de passer pour un « collabo » ? Gilbert hésite, se lève et, sans le moindre sourire en direction de l’allemand, fait un discret signe de tête, en remerciement.
Les processions, fréquentes en Bretagne, se déroulent dans une atmosphère lourde. Le passage à Dinan de la Vierge de Boulogne, qui est une énorme procession, donne l’occasion à monsieur Aubert, le populaire pharmacien, adjoint au Maire, de marcher les bras en croix pour affirmer sa foi et apporter un peu de réconfort à la population. Le soir, les rues sont noires, les fenêtres camouflées, c’est l’occupation.

N'hésitez pas à partager...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Abonnez-vous
août 2017
L M M J V S D
« Juil    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Archives