Comme Doisneau, – ils avaient le même âge-, Léon Bouzerand avait un style photographique qui alliait une compétence acquise à l’Ecole nationale de la Photographie de la rue de Vaugirard, avec un sens inné de l’observation des situations, des lumières et des rencontres qu’il faisait.

Les quelques photos ci-dessous, qui datent des années cinquante et soixante témoignent de la sensibilité avec laquelle Léon Bouzerand a immortalisé ces petites scènes de la vie quotidienne qui faisaient le bonheur de vivre à Cahors, la charmante petite préfecture du Lot.

C’est dans la rue, au marché, à la terrasse des cafés que Léon Bouzerand saisissait des instants, des attitudes, qui, si on les observe attentivement, racontent des histoires. Ces photos expriment un art de vivre aujourd’hui disparu. La vie avait alors un rythme que le Rolleiflex de Léon Bouzerand restitue admirablement et fidèlement. Il y avait chez ce grand photographe, une tendresse, un humour et souvent une taquinerie qui faisaient de cet homme – mon beau-père – un des hommes les plus aimés de la capitale du Quercy.

« L’association Vitesse limitée », 199 rue du Docteur Ségala à Cahors 46000, animée par Jean-Louis Marre et Jean-Louis Nespoulous, vient d’éditer un troisième ouvrage thématique dans lequel ils ont réuni et commenté un certain nombre de photos prises par Léon Bouzerand dans les années cinquante et soixante. L’ouvrage, intitulé : « En devanture 1950 – 1970 » est en librairie au prix de 27€.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Abonnez-vous
juin 2017
L M M J V S D
« Mai    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Archives