Je poursuis la reproduction de quelques articles anciens qui mettent les événements en perspective et aident à comprendre l’actualité.

Ce troisième article concerne l’élection du général Eisenhower à la présidence des États-Unis. Moins de cent jours avant la prochaine élection américaine qui doit départager Donald Trump, le président sortant, de son chalenger démocrate, Joe Biden, la lecture de ce papier publié le 6 novembre 1952 dans le journal Le Monde, est intéressante.

Dwight David Eisenhower

LE TRIOMPHE D'” IKE “

On avait pronostiqué une compétition serrée. C’est une vague puissante qui a porté cette nuit à la Maison Blanche le libérateur de l’Europe. À l’intellectuel, le peuple américain a préféré l’homme d’action, le ” leader “. Il a exprimé son désir d’un changement, quel qu’il soit, et signifié son congé à l’équipe démocrate au pouvoir depuis vingt ans. Il convient cependant de noter qu’à première vue le gouverneur Stevenson a obtenu autant, sinon plus, de voix que le président Truman, et que le général Eisenhower doit surtout son succès aux millions d’ex-abstentionnistes qui se sont précipités cette fois-ci aux urnes. Il ne paraît pas exagéré dans ces conditions de parler du caractère plébiscitaire de son élection.

Cet appui massif de l’opinion va donner au général président une autorité plus grande que celle dont disposait son prédécesseur. Il lui faudra cependant tenir compte de la pression du sénateur Taft, qui a salué cette nuit la victoire de la vieille garde. Si l’on en croit une dépêche de l’agence ” United Press “, les amis de celui-ci auraient obtenu la promesse de se voir attribuer les postes-clés dans les deux Chambres, ainsi que des portefeuilles importants dans le futur gouvernement. On peut s’attendre dans les prochains mois à un vif conflit de tendances entre ” Européens ” et ” américanistes “, aboutissant à des compromis difficilement prévisibles.

Le président Eisenhower, même plébiscité, n’est donc pas entièrement libre de mener la politique nettement proeuropéenne dont il s’était fait, lors de son passage au S.H.A.P.E., non seulement l’exécutant, mais encore le chaleureux avocat. Il va lui falloir tenir compte de la présence à ses côtés des partisans de l'”Asia first “. Il risque de devenir leur prisonnier. Sa promesse de régler rapidement l’affaire de Corée n’a-t-elle d’ailleurs pas joué un rôle essentiel dans son succès ?

Or l’Europe a quelque raison de redouter la manière dont le nouveau président s’y prendra pour liquider le conflit. C’est l’intervention du président Truman destituant Mac Arthur à la requête des alliés des États-Unis, qui a permis d’éviter, il y a dix-huit mois, une rupture du front atlantique et peut-être la guerre. Le recours à la force que l’échec trop probable de nouvelles négociations permet aujourd’hui de prévoir ne risque-t-il pas de ranimer le désaccord entre l’Amérique et l’Europe ?

D’autres sujets de friction existent malheureusement entre les deux continents, dont on a beaucoup parlé ces temps derniers : réarmement allemand, Afrique du Nord, commandes ” off shore “, Indochine. La position sur tous ces problèmes du Pentagone et d’une partie des républicains est bien connue. Elle était contrebalancée dans une large mesure par le président démocrate et par son secrétaire d’État. On peut douter qu’un pareil contrepoids soit fourni par le nouveau chef des États-Unis, dont la pensée tout au long de sa campagne électorale a semblé assez hésitante, ou par ses futurs collaborateurs, qui paraissent dans leur majorité persuadés de la nécessité d’une politique énergique.

On souhaiterait que ces craintes fussent vaines et que le président Eisenhower, apaisant par ses actes les doutes qu’avaient fait naître ses discours, regagnât rapidement la popularité dont il jouissait de ce côté-ci de l’Atlantique lorsqu’il n’était que commandant suprême. Le chaleureux message radiodiffusé qu’il vient d’adresser au peuple français est à cet égard un geste qu’il convient de saluer.

Mais on peut difficilement s’empêcher de penser que l’orientation d’esprit, les méthodes, les jugements sans nuance d’hommes qui ont une fois pour toutes décrété que le communisme n’était qu’un nouvel avatar de l’hitlérisme, et pire que lui, ne faciliteront pas la solution des problèmes pendants entre les États-Unis et l’Europe. Il faudrait être bien optimiste pour ne pas prévoir pour les mois prochains une nouvelle aggravation de ces ” contradictions du système capitaliste ” sur lesquelles Lénine et Staline ont toujours fondé leurs meilleurs espoirs.

Le Monde

16 août 2020 – 68 ans après l’élection de « Ike », le monde a changé. L’hyperpuissance américaine, c’est fini. Le monde unipolaire, c’est fini ! Que ce soit à l’OTAN, en Irak ou en Amérique latine, les États-Unis ne peuvent plus faire ce qu’ils veulent. Ils ne savent d’ailleurs pas toujours ce qu’ils veulent !

Remise du prix Brienne 2016 à Pierre Hassner

Pierre Hassner, un des meilleurs spécialistes français des relations internationales, décédé le 26 mai 2018, s’interrogeait en 2016 : « Qui pilote le monde ? Plus personne ! Le Proche-Orient explose, La Russie s’arme, la Chine menace ses voisins, l’Afrique de l’Est souffre. Bienvenue dans le « désordre mondial ». Dans cet entretien pour le journal du soir, il analysait la situation en ces termes : « Pour comprendre la situation, il faut revenir au moment de la création de l’Onu. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Roosevelt a imaginé quatre gendarmes – les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Russie et la Chine – qui feraient régner l’ordre et assureraient la sécurité. C’était en contradiction avec l’idée d’une organisation démocratique où tous les pays auraient les mêmes droits et il fallut arriver à un compromis. Ce fut la création du Conseil de sécurité avec cinq membres permanents disposant d’un droit de veto et de dix membres tournants. Ce compromis initial a empêché l’Onu d’intervenir là où elle aurait dû. Tout au long de la guerre froide, Occidentaux et Russes se sont opposés à coups de droit de veto… La première responsabilité de l’Onu, celle de protéger les populations, n’a fonctionné que de manière très chaotique : les Occidentaux sont intervenus militairement au Kosovo sans mandat du Conseil de sécurité ; les Russes ont détruit la Tchétchénie, les Chinois sont impassibles sur le Tibet et en conflit avec nombre de leurs voisins… En Libye, les Occidentaux ont outrepassé leur mandat et instrumentalisé l’Onu à des fins politiques.

La communauté internationale n’existe pas, écrivait-il. Il y a des communautés religieuses, des communautés idéologiques, des communautés nationales – bien qu’elles soient parfois divisées – mais pas de communauté internationale. Il y a une société internationale, c’est-à-dire qu’il y a des règles pour que les avions volent partout, que les bateaux se déplacent en mer. Les gens du Sud et de l’Est ne sont pas dupes. Ils disent : « C’est vous Occidentaux qui dictez les règles, et vous appelez ça la communauté internationale. »

Donald Trump a rejeté la doctrine de la politique étrangère américaine de l’après-guerre froide. Bien que difficile à cerner, sa politique étrangère défend la compétition de puissances, « great power competition » et l’« America First » qui s’exprime avec l’unilatéralisme et le nationalisme et donc le rejet du multilatéralisme et des institutions à la base de l’ordre international. Sur certains aspects, Donald Trump prolonge la politique étrangère de Barack Obama, en particulier avec le désengagement du Moyen-Orient. Sa politique est cependant pleine de contradictions. Il donne souvent l’impression d’être incohérent, brouillon et provocateur, ce qui ne constitue pas une politique.

La nature ayant horreur du vide, un certain nombre de pays n’acceptent plus l’ordre international imposé par l’Occident. L’ambition de la Chine est de devenir, dans un délai de trente ans, un “leader global en termes de puissance nationale et d’influence internationale”. Avec la crise sanitaire, elle clame la supériorité de la gouvernance autoritaire sur les systèmes démocratiques. Une nouvelle forme de Guerre froide s’installe entre la Chine et les États-Unis qui, très dépendantes l’une de l’autre, ont pourtant intérêt à coopérer, sinon à s’entendre. Mais pour combien de temps ?

Attention ! Les peuples épousent les visées nationalistes de leurs dirigeants. 90 % des Américains pensent que la Chine représente une menace pour les États-Unis et 66 % ont une opinion négative de la Chine, qu’ils soient sympathisants des républicains ou des démocrates.

L’annonce par Vladimir Poutine, le 11 août, du premier vaccin contre la Covid-19 et son nom : Spoutnik V, relève de la même volonté de puissance.

Qu’adviendra-t-il si l’Union européenne n’est pas capable de stopper les ambitions d’Erdogan qui cherche à s’approprier la mer et à étendre son espace vital au mépris des traités internationaux ?

68 ans après l’élection de « Ike », le désordre est inquiétant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.