A deux mois du premier tour de l’élection présidentielle, la campagne des deux principaux candidats semble s’essouffler au lieu de s’accélérer. Sarkozy attend que le président Chirac et quelques « grandes voix » parlent et se prononcent en faveur de sa candidature mais il sait parfaitement qu’il a déjà fait le plein des voix qui lui seront favorables et que la difficulté sera de les conserver jusqu’au bout. Ségolène Royal, à l’inverse, ne parvient pas à mobiliser l’ensemble de la gauche et risque même, pour d’autres raisons, de faire un score inférieur à celui de Jospin en 2002. Par delà les styles de campagnes, les « boules puantes » qu’ils échangent et la mesquinerie des polémiques, on sent bien que les candidats cherchent avant tout à « coller » aux préoccupations des Français telles qu’elles ressortent des enquêtes d’opinion. Le pouvoir d’achat vient régulièrement, et depuis plusieurs mois, en tête des attentes. C’est normal dans une société de consommation mondialisée bombardée en permanence par la publicité. C’est un peu comme si, à la veille de Noël, on emmenait un jeune enfant dans un magasin de jouets en lui demandant : « qu’est ce que tu voudrais que le Père Noël t’apporte ? On assiste donc à une inflation de réponses censées répondre à ce besoin.
En revanche, la politique étrangère, l’Europe, dont dépendent, en grande partie, l’économie des entreprises, l’emploi, les salaires, les grands contrats industriels et commerciaux, bref, tout ce qui permettra à la France d’être plus forte, il n’en est quasiment pas question. Un sondage IFOP récent donne une photographie intéressante dans ce domaine. Pour les Français, la promotion de l’aide au développement des pays pauvres est très majoritairement la priorité en matière de politique étrangère. Etre le moteur de l’Union européenne n’arrive qu’en deuxième position. Une grande majorité de Français, particulièrement chez les jeunes, souhaite que notre pays ait une politique éloignée de celle des Etats-Unis. La politique étrangère, ce n’est pas seulement une affaire d’idéal, de droits de l’homme, c’est d’abord et avant tout la défense de nos intérêts vitaux, de notre autonomie de décision, de notre influence. Dans certains pays, comme l’Italie, la politique étrangère intéresse la population et a un impact sur les élections nationales. Ce n’est pas le cas en France, où il est couramment admis que cette politique relève du domaine réservé du Président. Au journal de 20 h, il faut des évènements très graves et spectaculaires pour que le journal ouvre sur les nouvelles du Monde et la politique étrangère de la France. En temps normal, elle n’apparaît qu’après 20h15, comme le sport et la sortie des derniers films. L’explication réside en grande partie dans les Institutions de la Vème République. Le Premier ministre s’occupe des affaires intérieures et le Président des affaires extérieures. Tous les Présidents de la République, depuis le début de la Vème République, ont été candidats sur un programme de politique intérieure et, après leur élection, ne se sont plus occupés que de politique étrangère. Il faut dire que les tentatives de « Sarko l’américain » et le manque d’expérience de Ségolène, n’encouragent pas les deux principaux candidats dans les sondages à s’exposer sur ce terrain qui ne répond pas aux attentes des Français.
Pendant ce temps, la Chine « fait son marché » en Afrique, règle provisoirement le nucléaire militaire de la Corée du Nord, attend son heure pour apporter des solutions en Iran, en Irak et ailleurs dans cette région où les Américains s’enlisent. La Chine se développe économiquement, car, pour avoir de l’influence dans le Monde, il faut être riche. Les Russes, qui connaissent parfaitement leurs intérêts vitaux, ne donnent de leçons à aucun pays, ne font de morale à personne mais exerce discrètement une influence réelle. Ne prenons pas exemple sur l’hyperpuissance américaine qui devait imposer au Monde un « nouvel ordre » qui ferait son bonheur et qui « rentre dans tous les murs en klaxonnant ».
Depuis le NON au referendum sur le projet de traité constitutionnel, il faut être lucide, la France, alors que nous allons célébrer le cinquantenaire du traité de Rome, ne fait plus partie du noyau dur. C’est sans doute sur la base de ce constat, et pour trouver une solution au problème de la Turquie, que Nicolas Sarkozy a, dans son discours prononcé à Toulon le 7 février, avancé une idée nouvelle et intéressante qui évidemment n’a pas été reprise par les médias. Il a dit notamment ceci : « …la tragédie de la mondialisation se joue, pour nous Européens, pour nous Français, d’abord en Méditerranée…Le dialogue Euro-Méditerranéen, imaginé il y a 12 ans à Barcelone, n’a pas atteint ses objectifs…Je propose que l’on prenne le problème autrement. C’est d’abord aux pays méditerranéens eux-mêmes de prendre en main la destinée que la géographie et l’histoire leur ont préparée. C’est à la France, européenne et méditerranéenne à la fois, de prendre l’initiative avec le Portugal, l’Espagne, l’Italie, la Grêce et Chypre, d’une Union méditerranéenne comme elle a prit jadis l’initiative de l’Union européenne…..C’est dans cette perspective qu’il nous faut envisager les relations de l’Europe et de la Turquie… »
Les Etats-Unis se réjouiront si cette proposition fait son chemin. Ils aiment tellement l’Europe qu’ils préfèrent avoir plusieurs Unions européennes, pour paraphraser le mot célèbre de François Mauriac à propos de l’Allemagne. Il y aurait beaucoup à dire sur cette proposition qui a le mérite d’avoir été formulée. Ce sera pour une autre fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Abonnez-vous
février 2017
L M M J V S D
« Jan    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  
Archives