Je me souviens que la troupe de Françis Huster avait interprété le Cid au Festival de Ramatuelle au mois d’août 1993. Dans le théâtre Gérard Philipe, ce fut un événement. Son interprétation de Rodrigue était flamboyante. Elle était fidèle à la création de la pièce par Jean Vilar, en 1951, au Théâtre national populaire. La soirée fut grandiose. Quelques instants avant qu’elle débute, mon ami Pierre Huth, le dentiste des célébrités, grand ami de Françis Huster, muni de son appareil photo, avait conduit ma fille Laure dans les coulisses pour la présenter au successeur de Gérard Philipe. La Comédie-Française, qui n’avait pas mis cette pièce à son programme depuis vingt-cinq ans, vient de la reprendre. Alexandre Pavloff (Rodrigue) a, paraît-il, une interprétation plus modeste, plus mélancolique. C’est sans doute un signe des temps. Cette pièce de Corneille, jouée pour la première fois en 1637, était alors de circonstance. Sa puissance, les messages qu’elle délivre, le conflit des générations, ne cessent de répondre aux attentes des Français qui aiment les tragédies politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.