N'hésitez pas à partager...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Rares sont ceux aujourd’hui qui ont encore en mémoire cette confidence d’un ancien ministre de l’Intérieur connu pour être particulièrement économe de ses paroles. Laurent Wauquiez, cultivé, hyper diplômé, expérimenté, n’ignore certainement pas cette confidence qui trouve chaque jour son application. Pour lui, cette attitude appartient sans doute à l’ancien monde. Dans le monde nouveau, il est convaincu qu’il faut, au contraire, parler, parler vrai et cru, pour être entendu et compris.

Invité par l’EM Lyon à faire un cours sur « les grands enjeux contemporains » devant une trentaine d’étudiants volontaires, il avait prévenu, dès le début de ses interventions : « Je ne vais pas vous sortir le bullshit médiatique habituel sur le fonctionnement réel de la politique française. Tout n’y est pas beau, mais je vais vous raconter vraiment la réalité des choses. » Il avait ajouté : ” Si on veut que ce lieu soit un lieu de liberté, il faut que tout ce que je dis reste entre nous. Sinon, ce que je vais vous sortir sera juste le bullshit que je peux sortir sur un plateau médiatique ».

Laurent Wauquiez le 20 février sur BFMTV

Immergé dans le paysage politique depuis une quinzaine d’années, Laurent Wauquiez ne pouvait ignorer qu’une confidence faite devant plus d’une personne a de grandes chances d’être tôt ou tard rendue publique. L’engagement non écrit de confidentialité, l’engagement de ne sortir ni tweet, ni texto, de ne pas enregistrer, de ne jamais citer des propos tenus, n’offre aucune garantie.

Tous les établissements d’enseignement supérieur invitent des personnalités à transmettre à leurs étudiants des expériences, des souvenirs de situations vécues. C’est très bien. Il m’est arrivé à plusieurs reprises d’être ainsi invité à raconter ce qu’est la vie quotidienne d’un dirigeant d’entreprise. Les étudiants adorent généralement ces rencontres et ces entretiens très libres. Dans un domaine aussi sensible que pouvait l’être l’immobilier, j’ai le souvenir que je faisais très attention à ce que je disais pour éviter de mauvaises interprétations et une éventuelle transformation des propos que je tenais.

« Comment peut-on, en  2018, tenir des propos devant un amphi d’étudiants, tous équipés de smartphones, en demandant la confidentialité, et croire que personne ne vous enregistrera ? Naïveté ? Confiance excessive ? Ou… Provocation calculée ? » Ce n’est pas moi qui le dit, c’est  Thierry Mariani, un député LR.

L’établissement ne peut être tenu pour responsable du prononcé qui n’engage que son auteur, tant sur la forme que sur le fond.

Laurent Wauquiez ne pouvant être sérieusement qualifié de naïf, il faut donc considérer que loin d’avoir été abusé, il a utilisé ce cours comme un média de communication. Le sourire gourmand qu’il arborait face à Ruth Elkrief le 20 février sur BFMTV, en témoigne. Le déchainement médiatique dont il feint de se plaindre, les « méthodes de voyou » pour atteindre « la cible » qu’il représente, dans cette comédie des apparences, prennent très opportunément leur place dans la stratégie qu’il développe pour consolider son trop faible socle de fidèles et séduire le peuple de droite qui avait rejoint Marine Le Pen et qu’il faut faire revenir quoi qu’il puisse en coûter. Pour atteindre ce but, il doit à tout prix occuper l’espace médiatique, discréditer les médias et dire à sa clientèle cible ce qu’elle a envie d’entendre. La droite modérée l’a abandonné, elle ne l’intéresse plus.

Avec le sourire, il relativise les propos tenus devant les étudiants tout en les assumant. « Quel est donc ce crime ? Quels sont exactement tous ces grands méfaits que j’ai commis ? » Son argumentaire est apparu clairement au cours de son entretien avec Ruth Elkrief. Laurent Wauquiez n’est pas sympathique. Il le sait et il s’en moque. Les sondages saluent la séquence. Rien, apparemment, ne pouvait lui faire plus de plaisir.

Sarkozy aurait fait écouter ses ministres. Vrai ou faux ? Il est quand même important de le savoir. Il ne répond aux questions que par des questions sur d’autres sujets. Trump est passé par là ! Macron aurait monté un commando qui a fait tomber Fillon. Vrai ou faux ? Il est important pour les Français de le savoir. Complot ou minable explication d’un échec ?  Darmanin : « Il sait très bien ce qu’il a fait » a-t-il affirmé devant les étudiants. « Il va tomber ». « Il va devenir, dans le quinquennat Macron, « l’incarnation de ce qu’a été Cahuzac ».Wauquiez a-t-il des informations ou sous-entendrait-il qu’un coup aurait été monté pour faire tomber l’ancien chouchou de Nicolas Sarkozy ? Monté par qui ? Sur ce point aussi, il en dit trop ou pas assez ? Le dimanche 18 février sur BFM TV, Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France avait déjà laissé entendre que son ami Gérald Darmanin pourrait être victime d’un complot : « Je voudrais être sûr qu’il n’y a pas aujourd’hui des cellules de démolition, des officines, qui sont en activité. Payées par qui ? Payées comment ? Ce serait intéressant de le savoir… Je trouve qu’il y a beaucoup de coïncidences dans ces torrents de boue qu’il y a aujourd’hui sur la vie politique… Je pose juste la question… » Etrange, non ?

Laurent Wauquiez le 20 février 2018 sur BFMTV

Laurent Wauquiez a une stratégie de conquête du pouvoir. Il veut  « bâtir une nouvelle droite ». Il n’est pas seul sur ce créneau ! Les Florian Philippot, président des Patriotes, Marine Le Pen,  Nicolas Dupont-Aignan, Marion Maréchal-Le Pen et autres ne l’ont pas attendu. La compétition promet d’être rude entre la droite légitimiste, la droite bonapartiste et la « droite Buisson. Bâtir une droite nationale, identitaire et sociale, c’est vouloir faire du neuf avec du vieux !

Brice Teinturier, directeur général de l’institut Ipsos, auteur de « Plus rien à faire, plus rien à foutre : la vraie crise de la démocratie » (Robert Laffont) et fin connaisseur de la politique intérieure française, n’est pas surpris. Le cynisme en politique est la règle. Laissé entendre que nous ne serions plus en démocratie mais dans une forme de dictature, comme vient de le faire Laurent Wauquiez, en est l’illustration.

Talleyrand avait raison : « Tout ce qui est excessif est insignifiant ».

En Allemagne, c’est le président de la République, Frank-Walter Steinmeier, qui vient de qualifier de « stratégie de la haine », les propos tenus par le chef de l’AfD le mercredi 14  février, lors d’une réunion publique dans le Land de Saxe-Anhalt.

Attention, danger !

 

N'hésitez pas à partager...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous
si vous souhaitez être informé par Email des nouveaux articles
septembre 2018
L M M J V S D
« Août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Archives