La fin de l’année est traditionnellement l’occasion de dresser le bilan de l’année qui se termine. La plupart des médias se livrent à cet exercice. Passer en revue tout ce qui s’est passé est fastidieux, assez déprimant, mais non sans intérêt. Contentons-nous, dans cet article, de jeter un regard, assez résigné, sur le sujet qui occupe principalement les esprits : la pandémie de Covid19.

Ce qui frappe, dans cette crise sanitaire considérée comme un « test pour l’humanité », c’est le bavardage inutile, généralisé, qui conduit inévitablement à se tromper, à dire des bêtises.

Commençons par la bêtise qui a encore atteint des sommets, cette année.

Courrier international publie un papier dans lequel l’historien bulgare Yassen Borislavov constate que, « grâce à la pandémie du Covid-19, la bêtise nous est apparue sous sa forme la plus pure et la plus parlante ». Je ne résiste pas à l’envie de le partager. C’est en quelque sorte, mon cadeau de Noël ! »

Le Monde du 24 décembre : 2021 en photos

Selon l’historien, avec la pandémie du Covid-19, « en quelques mois, le monde entier est devenu un laboratoire à ciel ouvert où l’on a pu mener toutes sortes d’expériences, non seulement médicales mais aussi sociales, psychologiques, technologiques, éducatives et économiques. On a eu ainsi une formidable occasion d’étudier la bêtise – la bêtise comme un phénomène social spécifique. »

Pour montrer que la bêtise est un moteur du progrès, il cite Érasme. « Les prophéties, pleines d’ironie et d’autodérision du penseur humaniste, sonnent toujours étonnamment juste à nos oreilles : la bêtise est partout, elle est une force, prisée des dieux comme des hommes, elle rend la vie supportable ; elle « habille la corneille de plumes volées à son prochain, blanchit comme neige la peau de l’Éthiopien et transforme la mouche en éléphant », écrit Érasme… La bêtise se suffit à elle-même. Et étudier la bêtise revient, de fait, à étudier l’être humain. »

Historien, il précise que « chaque époque produit ses propres sottises – qui sont parfois le fait de gens intelligents. Voltaire disait, par exemple, que la mode du café était passagère ; à la même époque, Louis XV interdisait la vente de pommes de terre parce qu’on les suspectait de propager la lèpre (en raison de leur apparence). Il a fallu attendre la Révolution française et Parmentier pour que le pays ouvre les yeux sur les bienfaits de ce tubercule. La bêtise donc, phénomène universel, n’a cessé d’évoluer : celle d’hier n’est pas celle d’aujourd’hui. Par le passé, elle était plus personnelle, voire particulière à chaque individu ; de nos jours, il s’agit plutôt d’un phénomène collectif, parfois de classe. La bêtise moderne est une bêtise de masse ; la postmoderne, elle, est globale.

Finalement, toutes les définitions de la bêtise reviennent à cette même absence de raison et de bon sens que nous avons vu proliférer durant la crise du Covid-19. Qu’est-ce qu’on n’a pas entendu comme sottises ! Le virus est une arme biologique, les vaccins servent à implanter des puces dans le cerveau, les ondes 5G sont responsables de tout, la théorie QAnon ; le virus n’existe pas, c’est une conspiration, les masques ne servent à rien, en revanche boire de l’eau de Javel en petite quantité nous protège… Tout et son contraire.

L’imbécile d’aujourd’hui est-il vraiment différent de son homologue d’antan ? À une exception près, pas vraiment. Notre imbécile à nous vit en ligne, et c’est ce qui le rend si puissant. Sa puissance a même fini par rendre la Terre plate, un plateau sur lequel trône sa seule bêtise. Voici un petit guide pour mieux identifier notre imbécile moderne :

Dessin de Plantu 22-12-21

  1. L’imbécile sait. C’est sa première et plus importante caractéristique. Autant les experts doutent et tâtonnent en attendant de nouvelles études et données empiriques, l’imbécile, lui, est sûr de son coup. Tchekhov avait dit que l’homme intelligent aime apprendre, alors que l’imbécile aime donner des leçons. Et c’est ce que nous avons vu de la manière la plus éclatante avec la crise du Covid : autant l’expert sait que le savoir à ses limites, autant l’imbécile, lui, se contrefiche de ces frontières. Il est partout chez lui.
  2. L’imbécile a des arguments. Mais le plus souvent, il tient ses arguments d’un autre imbécile – lu sur la Toile. C’est la particularité de la sottise moderne : elle fonctionne en réseau. C’est un bloc monolithe, un véritable facteur social.
  3. L’imbécile est persuadé qu’on lui cache la véritable réalité des choses.
  4. L’imbécile se drape souvent dans les oripeaux de l’expertise – on l’a vu pendant la pandémie. C’est là que sa bêtise devient véritablement dangereuse.
  5. L’imbécile tient à partager sa bêtise. Pour cela, il profite pleinement de l’absence de hiérarchie et de discernement sur la Toile. C’est un véritable paradis pour lui : sur ce terrain, la moindre des sottises peut devenir thermonucléaire grâce à la viralité du réseau. (On n’a pas encore inventé de mot pour ce type de processus : « post-vérité » ne reflète qu’une partie du phénomène.)
  6. L’imbécile tente toujours de plaider sa cause du point de vue de la morale. C’est sa posture favorite. L’imbécile moraliste est néanmoins extrêmement toxique. Lui rappeler que bon nombre de crimes contre l’humanité ont été commis au nom de principes moraux ne sert pas à grand-chose.

Que faire dans un monde constamment enclin à sombrer dans la bêtise ? Comment la combattre et faut-il le faire, d’ailleurs ? Peut-être pas. La bêtise est le propre de l’homme, comme dirait le philosophe, c’est peut-être même un droit. Elle peut causer beaucoup de torts, à soi-même comme aux autres, mais peu à ma connaissance ont dû répondre devant un tribunal pour avoir été bêtes. La bêtise, il faut apprendre à vivre avec. Ou plutôt à l’éviter en essayant de l’identifier avant qu’il ne soit trop tard. »

Dès le mois de février 2020, j’avais dit à mon généraliste que la pandémie de bêtises ferait plus de victimes que la Covid-19. Je n’étais pas capable de l’exprimer aussi bien que le fait Yassen Borislavov, professeur d’histoire à l’université de Sofia. Ancien journaliste, qui collabore à plusieurs journaux bulgares, dont le quotidien Sega, mais j’en ai eu très vite le pressentiment.

Attention, cependant, « Trois sortes de gens disent la vérité : les sots, les enfants et les ivrognes ». (Proverbe allemand)

À suivre….

3 réponses à Ils se sont tous trompés !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.