Le problème n’est pas nouveau. Le prix du litre de lait qui s’effondre, la baisse des prix à la production, les difficultés de trésorerie que connaissent les exploitants agricoles, sont des problèmes récurrents. Ce n’est pas la première fois que le gouvernement, et le ministre de l’agriculture, se trouve confronté à cette situation. Attendre que des tracteurs bloquent le périphérique qui encercle la préfecture du Calvados pour annoncer un plan d’urgence en faveur des agriculteurs, révèle un manque d’anticipation de la part de ceux qui nous gouvernent. Les gouvernements, de gauche, comme de droite, commettent régulièrement la même erreur. C’est regrettable et sans excuse.

Pour apaiser les esprits, le ministre s’est rendu mardi après-midi à Caen pour y rencontrer les producteurs de lait de Normandie. Il s’est excusé d’avoir tardé à venir, a expliqué qu’il n’était pas venu pour ne rien dire, mais pour faire avancer les solutions. Il a joué l’apaisement. C’était bien le moins, tant son absence de réaction et son retard avaient été interprétés comme du mépris. Le ministre, à qui il est reproché de passer plus de temps à faire de la politique et à sa fonction de porte-parole du gouvernement, qu’aux affaires agricoles, a montré hier des signes d’impuissance qui ont inquiété.

Le 17  juin, un accord avait été trouvé avec les acteurs de la filière bovine. Comme dans la plupart des domaines, un mois plus tard, les accords n’étaient que très partiellement mis en application. Un médiateur chargé de faire la lumière sur la responsabilité de l’industrie et de la distribution dans la chute des prix, devait remettre son rapport au ministre, mardi soir.

Dans le Monde du 22 juillet 2015

Dans le Monde du 22 juillet 2015

C’est donc dans l’urgence, sous la pression des exploitants en colère, que le gouvernement va prendre des mesures qu’il aurait pu prendre en anticipant et dans la concertation. Le chef de l’Etat, si prompt à se déplacer aux quatre coins du pays pour serrer des mains, a accordé la priorité, ces jours derniers, à des visites qui avaient beaucoup moins d’importance. C’est avant que des agriculteurs excédés usent de leur pouvoir de nuisance, qu’il fallait se rendre sur place pour écouter leurs doléances et prendre la mesure des difficultés qu’ils rencontrent au quotidien. L’agriculture est en train de mourir. Pour éviter une rencontre délicate et à risque, le chef de l’Etat aurait pu se rendre en Dordogne ou en Charente. Le Calvados n’est pas le seul département à connaître une crise grave, comme les événements pourraient le laisser penser. Il ne suffit pas de dire « Je demande à tous les agriculteurs de comprendre que nous sommes tous mobilisés, nous sommes conscients de leurs difficultés », à des exploitants qui attendent des actes et qui en ont assez des paroles non suivies d’effets.

Le président de la Fédération des éleveurs bovins (FNB), Jean-Pierre Fleury, a prévenu les autorités : « on est sur un traitement de conjoncture alors qu’on est dans un mal structurel, avec des difficultés de compétitivité sur le marché ». Le président des Jeunes Agriculteurs, Thomas Diemer, quant à lui, réclame « des annonces fortes sur l’endettement et une mise au pas des acteurs de la filière qui ont refusé de s’engager sur les hausses de prix ». « Des mesures d’urgence, ce n’est pas ça qui va sauver l’élevage ». Si les mesures ne sont pas à la hauteur des attentes, les manifestations vont s’étendre à d’autres régions, dans le Sud-Ouest, en Picardie, en Rhône-Alpes.

Ceux qui manifestent veulent pouvoir vendre leur production à un meilleur prix. Ils accusent depuis longtemps ceux qui transforment et distribuent, de faire chuter les prix sans avoir conscience qu’ils poussent les éleveurs français au désespoir. Les éleveurs de porcs et de vaches laitières sont également en difficulté financière. Le prix du litre de lait s’est effondré en décembre 2014.

dans le Monde du 23 juillet 2015 photo Fréderique Tanneau-AFP

dans le Monde du 23 juillet 2015 photo Fréderique Tanneau-AFP

Transformateurs et distributeurs se renvoient la responsabilité depuis longtemps sans qu’il soit facile de déterminer qui joue le jeu et qui ne le joue pas. La médiation devrait permettre d’y voir un peu plus clair, mais les industriels sont puissants. Pour l’instant, une chose est certaine, l’argent ne va pas dans la poche des éleveurs, mais dans celle des intermédiaires, industriels, abatteurs, transformateurs.

Tous les acteurs ont conscience que le système est à bout de souffle. C’est un changement profond, structurel, qui est nécessaire, pas des mesures d’urgence, cosmétiques. « Le changement, c’est maintenant ». Il serait temps de passer aux actes, dans ce domaine comme dans quelques autres.

Michel Édouard Leclerc, sur son blog, affirme que montrer du doigt la distribution est insuffisant et apparemment inefficace. Il rappelle que « les distributeurs ne sont pas responsables des ruptures commerciales avec la Russie, des achats chinois qui font le prix de la poudre de lait, ni de la bourse de Chicago qui cote les céréales. Selon lui, « c’est à l’État qu’il appartient de lutter au niveau européen contre les distorsions de concurrence allemandes et espagnoles avec nos producteurs français. Il demande aussi que les industriels soient plus transparents sur leurs approvisionnements. Il demande aux « agriculteurs, chefs d’entreprise, de dire clairement leurs priorités stratégiques : grande exploitation hyperproductive ou PME familiale ? Porc industriel ou porc bio ? Tout cela ne conduit pas au même prix. Ils doivent également répondre à cette question : système d’assistance mutuelle ou fonds de péréquation et solidarité interprofessionnelle ? La contribution de chacun dans la filière en dépend ! »

Les éleveurs estiment que les prix d’achats sont trop faibles pour leur permettre de couvrir leurs coûts de production et que les engagements pour une revalorisation, pris par toute la filière le 17 juin, ne sont pas tenus.

Le HuffPost a récemment détaillé, dans deux infographies, comment les différents acteurs de la filière se partagent actuellement ce qu’un client paie une fois la viande en rayon.

Dans Libération le 22 juillet 2015

Dans Libération le 22 juillet 2015

Selon les données de l’Observatoire des prix et marges de FranceAgriMer, sur un kilo de viande de bœuf vendu aux particuliers 7,46 euros en décembre 2014, 3,22 euros revenaient à l’éleveur, 1,78 euro à l’abattoir et l’industriel en charge de la transformation, 2,08 euros à la grande distribution et 0,39 euro étaient récoltés par l’État à travers la TVA. Cet Observatoire rapporte qu’un kilo de viande de porc transformé en charcuterie (jambon, rillettes, etc.) vendu 10,99 euros en magasin en mai 2015, 3,37 euros revenaient à l’éleveur, 0,93 euros à l’abattoir, 1,71 euro à l’industrie qui le transforme, 4,41 euros à la grande distribution et 0,57 euro vont à l’État avec la TVA.

La question se pose donc de savoir combien il faudrait payer la viande si les revendications des éleveurs étaient entendues. Deux pavés de bœuf à griller (280 grammes), par exemple, passeraient de 5,99€ à un peu plus de 6€. On croit rêver si l’on considère la part de leurs revenus que les Français consacrent à la téléphonie mobile ou à leurs loisirs.

Ce matin, après le Conseil des ministres, le Premier ministre s’est exprimé : « Le gouvernement entend l’angoisse, la colère et la détresse des agriculteurs ». C’est bien, mais encore….Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a ensuite détaillé les mesures envisagées.

Dans le but d’agir à la fois sur le court et le long terme, le gouvernement va débloquer des fonds pour aider les éleveurs bovins, porcins et laitiers et soutenir l’exportation et la valorisation de la production française. Le plan comporte 6 séries de mesures : le redressement des cours et des prix, la restructuration des dettes des exploitants agricoles, l’allégement des charges, le développement de la contractualisation, le développement des débouchés à l’exportation et l’amélioration de la compétitivité.

600 millions d’euros vont être mobilisés pour permettre aux agriculteurs en difficulté d’alléger leur trésorerie. 100 millions seront consacrés à des annulations de charges et cotisations, et 500 millions à des reports. Le ministre en a détaillé la répartition :

  • Exonération de la taxe foncière sur le non bâti : 50 millions d’euros.
  • Le fonds d’allégement des charges sera porté à 50 millions d’euros, contre 8 millions actuellement.
  • Report du MSA (la Mutualité Sociale Agricole) : 200 millions d’euros.
  • Report des échéances sur le dernier acompte de l’impôt sur le revenu : 150 millions d’euros.
  • Remboursement anticipé de la TVA accordée sur demande : 150 millions d’euros.
  • Octroi de prêt de garantie par la BPI (Banque publique d’investissement) : 150 millions d’euros, avec un effet levier évalué à 500 millions par le gouvernement.

Quelques minutes après ces annonces, le président de la FNSEA déclarait : « Les annonces répondent à court terme à quelques urgences mais ce ne sont pas des perspectives durables. Elles sont insuffisantes ».

Quelle agriculture voulons-nous pour notre pays? Qui aura le courage de répondre à cette question?

Faute d’avoir suffisamment anticipé, le gouvernement est sur la défensive. Les exploitants agricoles sont à l’initiative. Dans les cabinets ministériels, un peu moins de collaborateurs, chargés de la communication, et un peu plus de spécialistes chargés de la veille, de déceler et de hiérarchiser les urgences, seraient de meilleure gouvernance.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Abonnez-vous
mai 2017
L M M J V S D
« Avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Archives