La lente entrée de François Gabart dans le chenal des Sables-d’Olonne est apparue dimanche dernier, pour ceux qui l’ont suivie à la télévision, comme le premier rayon de soleil de ce triste début d’année. Au terme d’un tour du monde à la voile, en solitaire, sans assistance et sans escale, le skippeur de la Macif donnait, debout à l’avant de son bateau, souriant, serein, l’impression de rentrer d’une balade en mer de quelques heures. Il venait, en 78 jours, 2 heures, 16 minutes et 40 secondes, d’améliorer de 6 jours et 23 minutes le précédent record de son modèle Michel Desjoyeaux. La marée montante a projeté le nouveau « Petit Prince » de la voile au milieu d’une marée humaine joyeuse, fière, enthousiaste, qui attendait depuis l’aube l’arrivée du nouveau prodige.

Le 10 novembre, le jour du départ, François Gabart n’était pas le favori. Pour les spécialistes, sa jeunesse, son manque d’expérience, son palmarès, ne pouvaient faire de lui qu’un outsider, même si tous convenaient que sa préparation, et la qualité du bateau, étaient à prendre en considération. Vincent Riou, Armel Le Cléac’h, Jean-Pierre Dick, Jérémie Beyou, sans parler des Marc Guillemot, Alex Thomson, Bernard Stamm et autre Jean Le Cam, ses principaux concurrents, sont des marins chevronnés aux palmarès qui forcent le respect.

François Gabart à l’arrivée aux Sables-d’Olonne

Comment ce « gamin », au physique de jeune premier, qui a une très forte confiance en lui et en son bateau, a–t-il pu s’y prendre pour se débarrasser de ses brillants compétiteurs et réaliser son rêve ? Brillant élève, mention très bien au bac, avec un an d’avance déjà !, il avait démontré qu’il avait été capable d’intégrer une grande école d’ingénieurs tout en poursuivant une carrière de sportif de haut niveau commencée dès la fin de sa petite enfance.

C’est le récit, à gros traits, de sa course et de ce qui s’est passé en France et dans le monde pendant ces 78 jours, qui donne la mesure de l’exploit à la fois dans le temps et dans l’espace.

Le 10 novembre, jour du départ, une affluence record, estimée à 300 000 personnes, avait bravé la pluie et le froid, le long du chenal,  pour souhaiter bonne chance aux marins et admirer les bateaux. Un millier de journalistes et 65 chaines de télévision avaient couvert le Vendée Globe. Après 48h de course, au large du Portugal, François Gabart était déjà en tête. Pendant la vacation, Armel Le Cléac’h racontait qu’il s’était « ramassé une belle gamelle. Il y avait beaucoup de mer, j’étais à la manœuvre, et une grosse vague est arrivée. Je ne l’ai pas vu, je suis tombé la tête dans le cockpit (…) Quelques minutes après, j’avais une belle bosse, un bel œuf de pigeon, mais ça s’est bien résorbé ». Dans le même temps, devant une mer de journalistes, François Hollande tenait sa première grande conférence de presse.

Le 16 novembre, pendant la nuit, Armel Le Cleac’h, le «chacal» a doublé François Gabart. L’option ouest, qu’il a prise a payé. Le 18 novembre, Armel Le Cleac’h arrive dans le Pot au Noir toujours redouté. Les 300.000 adhérents de l’UMP, appelés aux urnes pour choisir leur nouveau chef entre François Fillon, favori des sondages et Jean-François Copé entrent aussi dans le Pot au Noir, mais ils ne le savent pas encore.

Au large des côtes brésiliennes, le 23 novembre, les skippers, qui amorcent leur descente vers le sud-est, se plaignent du vent défavorable. Armel Le Cléac’h cherche la meilleure route possible ; il a perdu un peu de terrain, mais il est toujours en tête. Les militants UMP envient les skippers qui, eux, sont maintenant tous sortis du Pot au Noir. Les fillonistes dénoncent «un coup de force» de leur adversaire et jugent «illégale» la décision de la commission de recours, «dont la composition n’offre aucune garantie d’impartialité». Alain Juppé, Nicolas Sarkozy échouent dans leurs tentatives de médiation. Les insultes les menaces fusent, c’est la montée aux extrêmes. Pendant ce temps, le classement du Vendée Globe ne change pas.

Loin des intrigues, des coups tordus, des tricheries, les skippers s’approchent de la zone à risque et ses icebergs. Le Cléac’h annonce qu’il » prépare son bateau pour le froid et qu’il a rangé les t-shirts et les shorts ». Le 4 décembre,  au passage du Cap de Bonne espérance, la bagarre fait rage, la mer est agitée, les marins sont mouillés, mais ils sont là pour ça !  Armel Le Cléac’h est toujours en tête. Il a franchi le Cap de Bonne espérance en 22 jours, 23 heures et 48 minutes, avec un peu plus d’un jour d’avance sur le précédent record établi par Vincent Riou en 2004, qui l’avait emporté cette année là.

Le parcours du Vendée Globe 2012

Trois jours plus tard, Le Cléac’h, qui a fait le choix de couper au plus court un anticyclone à la hauteur de la « porte des glaces » de Crozet, le paie très cher, les vents sont trop faibles, inférieurs à 10 nœuds. Ses poursuivants regagnent du terrain, grâce à des vents plus soutenus, et le Suisse, Bernard Stamm prend la tête de la course. Loin des mers de Sud, les médias, le 10 décembre, ne s’intéressent qu’à Depardieu, à sa maison de Néchin et à son permis belge qu’il arrose avec les fonctionnaires pendant que les magistrats français l’attendent à Paris. Moins préoccupé que les jeunes mariés de Singapour et Hong Kong, par le jour porte-bonheur du 12-12-12, François Gabart prépare une attaque dans l’est de l’océan indien et, à 4 heures du matin le 15 décembre, reprend la tête, devant son ami Armel Le Cléac’h, à la longitude du cap Leeuwin, au sud-ouest de l’Australie, deuxième marque majeure de parcours après celui de Bonne Espérance, au sud du continent africain.

Les deux compères, qui mènent un train d’enfer,  n’ont pas besoin de se rabibocher autour d’une bonne table comme sont forcés de le faire Jean-Marc-Ayrault et Arnaud Montebourg pour enterrer leurs différends ! Au contraire, ils excellent, lors des vacations quotidiennes, dans l’art d’en dire le moins possible, de ne surtout pas montrer ses faiblesses. A les entendre, il n’y a pas le moindre problème. Certains bluffent mieux que d’autres. A ce jeu, les deux premiers se montrent particulièrement brillants. Info ou intox, quand bluffent-ils ? Ce sont de bons joueurs de poker. Noel approche, ils ne pourront « faire la fête » que si le temps et les circonstances le permettent. Loin de la famille, seul au milieu de l’océan, confronté à de la casse sur le bateau, le cœur n’est pas toujours à se déguiser en Père Noel.

Armel Le Cléac’h, repassé en tête au sud de la Nouvelle-Zélande, en dit un peu plus au téléphone : «On se surveille avec François ; je le vois à l’AIS; Je sais à quelle distance il est. Ce n’est pas facile de pouvoir communiquer aisément parce que les conditions sont sportives. On a été un petit moment assez proches» Le 21 décembre, Le Cléac’h et Gabart poursuivent dans le Pacifique leur chassé croisé entamé dans l’océan Indien. Dans les cinquantièmes hurlants, poussés par des vents d’ouest d’une vingtaine de nœuds, les deux skippers, qui suivent la même route continuaient de se marquer à la culotte et de creuser l’écart avec leurs adversaires. C’est dur, mais ce n’est pas la fin du monde. A propos de fin du monde, si les mystiques et illuminés avaient vécu ce que les skippers ont vécu à certains moments, ils n’auraient pas eu besoin de se rendre à Bugarach pour se faire peur ! En revanche, celui qui, le 22 décembre, a gagné 101 835 641 euros à l’Euro Millions a raison de croire que tout est possible !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Abonnez-vous
mars 2017
L M M J V S D
« Fév    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Archives