Quand on passe ses matinées, couvert de boue à 39°, dans les thermes d’Abano, comment ne pas avoir » la tentation de Venise ». Le dimanche 25 septembre, nous y sommes allés, comme les habitants de la région, dans un autobus bondé qui ne prépare pas au rêve. Impatients de voir, et revoir l’architecture vénitienne, les canaux, le palais Grassi, le pont de l’Académie, la basilique Santa Maria della Salute , le campanile de Saint Marc. Dans son dernier livre : « Une fête en larmes », que je venais de terminer, Jean d’Ormesson m’avait prévenu à la page 325 : « J’ai beaucoup aimé Venise, je m’en suis beaucoup occupé : c’est aussi une page tournée. Venise aujourd’hui, je m’en réjouis en un sens…est accablée de touristes. Sur le pont de l’Académie, sur le Campo San Trovaso, hier si calme, si silencieux. On ne peut plus rien voir » ; il faut se frayer un passage comme dans une foret inextricable. Quel gâchis ! Quelle déception ! Nous n’avons même pas eu envie d’aller boire un café au Florian ; c’est dire…. Heureusement, nous avons pris le vaporetto qui fait le tour par la lagune pour aller voir La Madonna dell’Orto, petite église éloignée du flot des touristes. Il y a là une des plus belles toiles du Tintoret : Marie allant au Temple. Une perspective surprenante par ses couleurs aujourd’hui malheureusement atténuées par le temps, la pollution. Pendant la messe et à contre-jour, il était difficile d’apprécier chaque détail de cette œuvre magnifique. Si vous avez la bonne idée et le bonheur de vous rendre dans ce quartier, promenez-vous autour de cette église. Le calme règne encore, mais pour combien de temps…Allons, la page n’est pas complètement tournée. Après la visite, faites comme nous, allez boire un verre au Paradiso Perduto ; ce n’est pas mal du tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Abonnez-vous
juin 2017
L M M J V S D
« Mai    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Archives