N'hésitez pas à partager...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Il est beaucoup trop tôt pour savoir si ce qui s’est passé aux USA est un événement réellement historique, le produit d’une grave crise économique et financière ou, plus simplement, la conséquence immédiate de l’immense désespoir d’une grande partie du peuple américain.
L’Amérique n’est pas seulement une nation, le Monde entier s’est senti concerné. Dans de très nombreux pays, des hommes et des femmes ont eu le sentiment d’être Américains et de voter, en s’exprimant, pour le changement de l’image de l’Amérique et de son comportement.
Maintenant, l’euphorie de l’élection passée, les événements vont reprendre leur cours avec ce qu’ils ont de tragiques tant au plan intérieur américain que dans les zones en crise. Barack Obama est attendu dans tous les domaines, mais, c’est avec le Pentagone, un Etat dans l’Etat, dans lequel Gates n’avait pas encore dominé son sujet et normalisé le système, que le nouveau Président va devoir exprimer sa détermination. Le rapport de forces est tel que la partie n’est pas gagnée d’avance.
Les choix qu’il va faire seront interprétés comme autant de preuves de sa capacité à dominer les événements, où à être dominé par eux.
L’état de grâce, les fameux « cent jours », après tant de joie et tant de désespoir, vont passer très vite et être difficiles à gérer sur le plan psychologique. Dans l’univers impitoyable de la communication, ceux là même qui ont été dithyrambiques seront les premiers à « tirer le tapis ». Il faudra être patient. Or, le temps ne sera pas le même pour son action et pour les événements, tant à l’intérieur des Etats-Unis, qu’à l’extérieur.
En Iran, le compte à rebours égrène les jours et les heures inexorablement. Les Palestiniens ne se contenteront plus de paroles, de « processus de paix » qui n’aboutissent jamais et de rencontres infructueuses. Les Russes, excellents joueurs d’échec, vont avancer jusqu’à ce qu’un nouvel équilibre soit trouvé. Sans parler de l’évolution de l’OTAN et des rapports entre les USA et l’Union européenne.
En attendant, espérons que l’impression de sagesse, d’intelligence, de sérénité et de simplicité, qui se dégage des discours de Barack Obama, se confirme dans l’action.

N'hésitez pas à partager...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous
si vous souhaitez être informé par Email des nouveaux articles
décembre 2017
L M M J V S D
« Nov    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Archives