Je me souviens…

La plage de Dinard, et au fond Saint-Malo,de la terrasse de l’hôtel de la Reine Hortense

Pour se rendre de Saint-Malo à Dinard, il faut traverser l’estuaire de la Rance. Aujourd’hui, c’est très facile, il suffit d’emprunter la route qui passe sur l’usine marémotrice dont les travaux, sous la direction de Louis Arretche, ont débuté en juillet 1963 pour se terminer en 1966. Le barrage fut inauguré le 26 novembre 1966 par le général de Gaulle, président de la République. A Dinard, nous sommes descendus à l’hôtel de la Reine… Continuer la lecture

Il y avait un monde fou devant et derrière les remparts de Saint-Malo. Des voitures partout, qui n’avançaient qu’au pas. Au volant, je pensais à ma première glace, acheté à un marchand ambulant devant la porte Saint-Vincent derrière laquelle les ruines de la cité des corsaires, « résistante et martyr », fumaient encore. L’odeur qui se dégageait, me poursuit. Après le débarquement en Normandie, un colonel Allemand, Von Aulock avait été chargé de défendre – coûte que coûte – la position stratégique que constituait Saint-Malo.

La Porte Saint-Vincent… Continuer la lecture

Loin de la canicule et de la foule, c’est à une escapade en Bretagne que j’ai convié mon épouse après le chassé-croisé du 15 août. Périodiquement, tous les dix ou vingt ans, j’éprouve le besoin de revoir mes lieux de mémoire pendant l’occupation allemande. Dans mes deux derniers articles, j’ai évoqué le bain de sang qu’a connu la Normandie en ruines dans les premières heures et les premiers jours qui suivirent le D-Day.

La reconstruction de Caen

En passant à proximité de Caen, Avranches, comment ne pas penser aux difficultés… Continuer la lecture

En ce jour du 6 juin 44, les Allemands, qui ne représentent que 50% des troupes d’occupation, n’en croient pas leurs yeux. Les autres, notamment dans la 247e division, sont des Cosaques, Géorgiens, Ouzbeks, Tchouvaches,, Kirghizes, Tadjiks, Maris, Merdwines, Oudmounes…volontaires ou prisonniers de l’Est, réservistes d’âge mûr, qui se croyaient à l’abri derrière les blockhaus érigés dans les dunes et sur les falaises de la côte normande, n’imaginaient pas qu’un tel débarquement soit possible.

La libération de Saint-Lô

« Ils arrivent ! » Les bons français, la… Continuer la lecture

Comme tous ceux de ma génération, je ne peux franchir l’Orne et traverser les bocages normands, sans que les images de ce qui s’est passé là, le 6 juin quarante quatre entre une heure et cinq heures du matin, occupent ma pensée.

Pegasus bridge – le pont de Bénouville

La mer était base, la nuit sans étoile. De chaque coté de la Manche, on se préoccupait des conditions météorologiques. « Quand viendront-ils ? », se demandait-on dans les états-majors des cinquante-huit Divisions stationnées en attente à l’ouest… Continuer la lecture

Avec Jean Férignac, nous engageâmes une réflexion pour donner une suite au séminaire du Cap d’Agde. Il n’était pas facile de renouveler le thème. L’idée me vint naturellement d’en parler au général  qui dirigeait alors le SIRPA, le service de communication des Armées. Serait-il possible de faire traiter par les militaires de haut rang, les mêmes thèmes que ceux qui avaient été abordés si brillamment par des sportifs de haut niveau. Le général  désigna le colonel Michel Nielly, un de ses adjoints, qui fut séduit par l’idée.

Pour… Continuer la lecture