Je me souviens…

Les plus anciens téléspectateurs se souviennent que les reportages, les compétitions sportives, les événements retransmis en direct, se terminaient par ces mots, « À vous Cognacq-Jay », prononcés par le journaliste qui rendait l’antenne à la Régie. Depuis le début des années cinquante, la Régie était installée dans deux immeubles du 7e arrondissement qui donnaient l’un sur la rue de l’Université et l’autre sur la rue Cognacq-Jay. Ces immeubles d’habitation avaient été construits sur des terrains qui avaient appartenu à Monsieur Ernest Cognacq et à sa femme, née… Continuer la lecture

Il faut être Emmanuel Macron pour jongler, comme il aime manifestement le faire, avec les oxymores, les palimpsestes et autres jeux de l’esprit. C’est ce qu’il vient de faire, avec talent, un certain goût du risque, une dose d’audace aussi, à l’occasion du 200e anniversaire de la mort de Napoléon, qu’il ne voulait pas enjamber.

Admiré, autant que haï, pour son génie et sa folie, Napoléon n’a laissé personne indifférent, pendant ces deux cents ans. Aujourd’hui, à gauche, l’homme n’est pas dans l’air du temps, c’est le moins que l’on… Continuer la lecture

Les Gaulois craignaient que le ciel leur tombe sur la tête. Moi aussi ! Enfant, j’avais de bonnes raisons de les comprendre. Le ciel n’était pas synonyme d’espérance, mais de menace. Au début des années cinquante, encore, je sursautais à chaque fois que j’entendais un avion. Le souvenir des avions allemands, puis anglais et américains était gravé dans ma mémoire, depuis ce jour du mois d’août 1943, où, à Dinan, une bombe était tombée sur le garage Rebourdais. Un avion de chasse anglais, poursuivi par un Messerschmitt, était passé… Continuer la lecture

Populaire, populiste, policier, le roman a, de tout temps, et souvent à tort, était classé dans une catégorie à part de la littérature ; une « littérature de masse », « de gare ». Cette connotation remonte au temps où les écrivains écrivaient pour vivre, feuilletonnaient pour gagner leur vie ». Payés à la page, les auteurs allongeaient les descriptions, négligeaient parfois un peu le style. Accolé à la qualité de romancier, le terme « populaire » est, semble-t-il, apparu pour la première… Continuer la lecture

Je viens de relire les premières lignes du journal que j’avais publié, il y a un an, sous le titre : « Le Grand Confinement »…au jour le jour… Elles sont troublantes. « C’est assez dingue ce qui se passe. Je n’ai pas d’explication logique. Ce phénomène m’échappe », pourrait à nouveau dire Hervé Le Tellier, le Goncourt 2020.

Une du Monde du 2021-03-13

Hervé Le Tellier raconte, dans L’Anomalie, l’étrange histoire d’un Boeing 787 d’Air France, le vol AF006, Paris-New York, qui… Continuer la lecture

Le lundi 16 mars 2020, à 20 heures, le président de la République, Emmanuel Macron, sans prononcer le mot de confinement, avait annoncé aux 35 millions de téléspectateurs présents devant leur récepteur de télévision, qu’ils devront rester chez eux. Le confinement avait pris effet le mardi 17 mars à 12 heures sur l’ensemble du territoire pour 15 jours renouvelables. À plusieurs reprises dans son intervention, Emmanuel Macron avait dénoncé l’insouciance coupable de ceux qui se rassemblaient encore dimanche dans « … Continuer la lecture