Editorial

Le Brexit avait déjà troublé les esprits. L’élection surprise de Donald Trump, la semaine dernière, a plongé les Français, comme tous les Européens, dans la sidération, pour ne pas dire dans la peur.

Les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne se réunissent aujourd’hui à Bruxelles pour  » évaluer les relations avec les États-Unis à la suite de la présidentielle américaine « . Les sujets ne manquent pas : Quelle sera l’attitude Donald Trump à l’égard de la Russie, sur le règlement du conflit syrien, sur l’anéantissement… Continuer la lecture

Il est évident que les inégalités, les frustrations, les oubliés, les « perdants » d’une économie globalisée, dans un monde qui est devenu un village numérique, ont créé, dans tous les pays, sans exceptions, un sentiment de révolte qui prend des formes diverses. Aux Etats-Unis, Donald Trump obtient des scores élevés en disant aux révoltés ce qu’ils ont envie d’entendre. Il y a des Trump dans tous les pays occidentaux.

J’en étais à ce stade de mes réflexions, quand, tout à fait par hasard, mon regard s’est posé,… Continuer la lecture

Reconnaître que l’Occident a une part de responsabilité dans ce qui se passe au Moyen Orient est un truisme. Un passé colonial mal assumé, Une méconnaissance de l’Islam et de l’histoire de la région, de trop nombreuses erreurs, n’ont fait, au fil des années, que susciter des frustrations, des colères, qui se traduisent inévitablement par de la violence. Est-il nécessaire de rappeler quand et comment l’Anglais, sir Mark Sykes et le diplomate français, François Georges-Picot, se mirent d’accord, par une lettre en date du 9 mai 1916, pour se partager… Continuer la lecture

C’est ce que pense l’ancien conseiller de François Mitterrand, Jacques Attali. Il défend l’idée que pour sortir de la situation dans laquelle se trouve la France depuis trop longtemps, il faut un coup d’État démocratique. Selon lui, ce serait la seule solution pour éviter que le mécontentement populaire, la révolte qui gronde, ne se transforme en situation révolutionnaire à la première occasion qui pourrait être aussi bien une forte augmentation de la dette, si les taux d’intérêt exceptionnellement bas venaient à augmenter brusquement, ou si les inégalités sociales devenaient insupportables,… Continuer la lecture

Déjà, le 23 juillet 2012, j’avais, sous ce titre, rappelé que « le 18 mars 1972, Georges Pompidou avait rendu visite à Edward Heath aux Chequers. Les deux hommes partageaient la même analyse de la situation internationale. Ils constataient que les Américains raisonnaient toujours en fonction de leurs seuls intérêts. En confidence, le chef d’État français avait révélé au Premier ministre britannique que Richard Nixon venait de lui écrire, au sujet du système monétaire international qui préoccupait le monde entier, cette phrase étrange : « … Continuer la lecture

Barack Obama a prononcé le mardi 12 janvier son dernier discours sur l’état de l’Union. Depuis son installation à la Maison blanche en janvier 2009, au moment où les États-Unis traversaient la plus grave crise économique depuis 1929, Barack Obama gouverne par la raison en évitant les coups de menton, les déclarations tonitruantes, les excès de langage de son prédécesseur. Intelligent, cultivé, modéré, il cherche en permanence le compromis, mais cette méthode de gouvernement peut parfois apparaître comme une forme de faiblesse dans une période où l’autoritarisme est… Continuer la lecture

Abonnez-vous
si vous souhaitez être informé par Email des nouveaux articles
février 2018
L M M J V S D
« Jan    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728  
Archives