Michel Desmoulin

Juriste de formation, il fait des études à la faculté de Droit de Toulouse, à l'Institut d'Urbanisme de Paris (ENAM) et à l'Institut des Hautes études de droit rural et d'économie agricole. Il entre en 1963 dans le groupe immobilier de la banque Paribas où il effectue toute sa carrière. Il travaille ainsi à la Compagnie de recherches immobilières (CORI) dont il est directeur commercial de 1963 à 1976, puis à Cogedim Vente, où il est directeur général. Il est ensuite PDG de Cogedim Méditerranée de 1976 à 1992 et Directeur général adjoint de Cogedim SA de 1992 à 1994. Il devient finalement directeur général et membre du directoire de la société. Auditeur de la 39e session de l'Institut des hautes études de la défense nationale en 1986-1987, il est président de l'Union des associations d'Auditeurs de l'IHEDN de 1997 à 2001. Il se spécialise dans les questions de défense dont il est devenu un expert et publie ses analyses dans son blog qu'il publie sur Internet depuis octobre 2005.

Le NON au référendum a au moins eu pour effet d’accélérer (ou de provoquer) une clarification de l’idée que les anciens et nouveaux membres de l’UE se font de l’Europe. Gordon Brown, le chancelier de l’Echiquier, futur Premier Ministre britannique, vient de produire un texte intéressant sous ce titre qui, sans s’embarrasser de considérations inutiles, aboutit à nier purement et simplement la nécessité d’une Europe politique. A la veille du Conseil européen, ce document démontre le fossé qui sépare la Grande-Bretagne, et ses alliés, de la conception que les signataire… Continuer la lecture

Le moscovite et la babouchka voudraient avoir leur part du gateau. Il n’en est rien. Seules les dépenses militaires augmentent dans des proportions considérables. Pourquoi ? Pour se défendre contre qui ? La Russie ne parle pas de ses options stratégiques avec l’Europe comme elle en parle avec les Etats-Unis. Pourquoi ? Parce que l’Europe est divisée. Les nouveaux membres de l’Union européenne sont inquiets. Il faut les comprendre, ils sont en première ligne. Ce n’est pas nouveau. Leur adhésion à l’UE était aussi pour assurer leur sécurité. Jusqu’où faudra t-il aller? L’Ukraine,… Continuer la lecture

Le 7 octobre 1933, « l’été indien » , que Paris connait chaque année à cette date, avait retenu l’attention de Jules Romains qui avait décidé de commencer le dernier volume de son oeuvre magistrale par une description de Paris ce jour là. La suite, je l’ai annoncé hier, vaut la peine d’être lue ou relue en ayant à l’esprit ce que le grand écrivain aurait pu écrire pour raconter la journée du 7 octobre 2005, au petit matin..

« De ses collines, de ses plaines faiblement… Continuer la lecture

« Le 7 octobre se leva sous des signes favorables. Le ciel du matin était léger, à peine brumeux. La journée de la veille avait été aussi chaude qu’un début septembre. Après un accès de fraîcheur dans la seconde partie de la nuit, une brise du sud-est avait ramené une tiédeur qui ne semblait ni trop humide, ni orageuse ». Jules Romains commence en ces termes le vingt septième volume des « Hommes de bonne volonté ». Le 7 octobre 1933, il fait à Paris, comme… Continuer la lecture