Michel Desmoulin

Juriste de formation, il fait des études à la faculté de Droit de Toulouse, à l'Institut d'Urbanisme de Paris (ENAM) et à l'Institut des Hautes études de droit rural et d'économie agricole. Il entre en 1963 dans le groupe immobilier de la banque Paribas où il effectue toute sa carrière. Il travaille ainsi à la Compagnie de recherches immobilières (CORI) dont il est directeur commercial de 1963 à 1976, puis à Cogedim Vente, où il est directeur général. Il est ensuite PDG de Cogedim Méditerranée de 1976 à 1992 et Directeur général adjoint de Cogedim SA de 1992 à 1994. Il devient finalement directeur général et membre du directoire de la société. Auditeur de la 39e session de l'Institut des hautes études de la défense nationale en 1986-1987, il est président de l'Union des associations d'Auditeurs de l'IHEDN de 1997 à 2001. Il se spécialise dans les questions de défense dont il est devenu un expert et publie ses analyses dans son blog qu'il publie sur Internet depuis octobre 2005.

Dans son livre EUROPA « La dernière chance pour l’Europe » publié par XO Editions, en accès libre sur le site, Valéry Giscard d’Estaing avait écrit ceci, sans prendre de gants : « L’avenir de l’Europe à vingt-huit a, en effet, été assombri par le coup d’État de Bruxelles du 27 juin 2012, qui dessaisissait le Conseil européen de son pouvoir de décision dans le processus de désignation du président de la Commission.

L’article du traité de Lisbonne décrivant ce processus est parfaitement clair : il… Continuer la lecture

Nicolas Sarkozy publie des souvenirs. Moi aussi !

Le maire de Neuilly, très proche d’Édouard Balladur, consacrait beaucoup de temps, à la fin de l’année 1991, à rencontrer des dirigeants d’entreprises, des leaders d’opinion, des journalistes, dans le but, à la fois, de préparer une probable prochaine cohabitation et d’y jouer un rôle à la mesure de ses ambitions.

Fin 1990, à Budapest, à l’hôtel Hilton, près de l’église Mathias, j’avais croisé, dans les couloirs, une délégation d’hommes d’affaires français, conduite par Édouard Balladur et Nicolas Sarkozy. À l’évidence,… Continuer la lecture

Il y a de bons et de mauvais souvenirs. Le « 77 La Croisette » est un bon souvenir…et même plus !

L’histoire que je vais raconter aujourd’hui n’est pas précisément un souvenir agréable.

Il était 14h20 très précisément, le dimanche 18 décembre 1994, quand ma belle-sœur, Annette Kahn me téléphona pour me dire, avec sa voix un peu métallique qui réveillerait un dortoir de collégiens :

L’abbé Pierre rue du Dragon

  – Michel, tu es propriétaire d’un immeuble rue du Dragon ?

  … Continuer la lecture

Le 18 octobre 2005, date de l’ouverture de ce blog, je n’avais aucune idée de l’usage que je pourrais en faire. Il avait vocation à servir de support à mes passions : la lecture, l’histoire, la politique. Je me rends compte qu’avec le temps, la politique l’a trop souvent emporté. À ma décharge, les événements en sont la cause ; la crise de 2008, l’évolution de la construction européenne, l’élection étonnante d’Emmanuel Macron et de Donald Trump, la montée du populisme, les inconvénients de la mondialisation, l’inquiétante montée… Continuer la lecture

A Wimbledon, les joueurs qui sortent des vestiaires pour entrer sur le court central, ne peuvent pas ne pas lire, en gros caractères, ce passage du célèbre poème de Rudyard Kipling « Tu seras un homme mon fils » écrit en 1910 pour son fils John âgé de 12 ans. La meilleure traduction a été donnée en 1918 par André Maurois : « Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite et recevoir ces deux menteurs d’un même front ». Les sportifs le traduisent souvent plus simplement par… Continuer la lecture

« Le monde se divise en deux : ceux qui veulent être quelqu’un et ceux qui veulent réaliser quelque chose ». Jean Monnet avait coutume de citer cette devise de Dwight Morrow et ne manquait pas d’ajouter : « Il y a moins de concurrence. »

Dans le journal Le Monde du 17 mars 1979, sous le titre : Jean Monnet : l’homme aux idées claires », Pierre Viansson-Ponté avait remarquablement expliqué pourquoi Jean Monnet avait fait sienne cette devise… Continuer la lecture