Michel Desmoulin

Juriste de formation, il fait des études à la faculté de Droit de Toulouse, à l'Institut d'Urbanisme de Paris (ENAM) et à l'Institut des Hautes études de droit rural et d'économie agricole. Il entre en 1963 dans le groupe immobilier de la banque Paribas où il effectue toute sa carrière. Il travaille ainsi à la Compagnie de recherches immobilières (CORI) dont il est directeur commercial de 1963 à 1976, puis à Cogedim Vente, où il est directeur général. Il est ensuite PDG de Cogedim Méditerranée de 1976 à 1992 et Directeur général adjoint de Cogedim SA de 1992 à 1994. Il devient finalement directeur général et membre du directoire de la société. Auditeur de la 39e session de l'Institut des hautes études de la défense nationale en 1986-1987, il est président de l'Union des associations d'Auditeurs de l'IHEDN de 1997 à 2001. Il se spécialise dans les questions de défense dont il est devenu un expert et publie ses analyses dans son blog qu'il publie sur Internet depuis octobre 2005.

Dans la série « Le passé est imprévisible », j’évoque aujourd’hui l’extraordinaire, la fabuleuse,  évolution des ordinateurs.

Le 8 juin 1972, pour le journal Le Monde, Polen Lloret signait un article intitulé : Un marché en cours de formation : Les ordinateurs d’occasion.

J’ai un souvenir très précis du jour où, au 254 Boulevard Saint-Germain, siège de la CORI, fut installé, dans le sous-sol, climatisé pour la circonstance, un IBM 360. C’était, si mon souvenir est fidèle, en 1972.

IBM Le système Summit

C’est en 1955… Continuer la lecture

Je poursuis la reproduction de quelques articles anciens qui mettent les événements en perspective et aident à comprendre l’actualité.

Ce troisième article concerne l’élection du général Eisenhower à la présidence des États-Unis. Moins de cent jours avant la prochaine élection américaine qui doit départager Donald Trump, le président sortant, de son chalenger démocrate, Joe Biden, la lecture de ce papier publié le 6 novembre 1952 dans le journal Le Monde, est intéressante.

Dwight David Eisenhower

LE TRIOMPHE D'” IKE “

On avait pronostiqué une compétition serrée. C’est une vague puissante… Continuer la lecture

Dans cette période troublée où nul ne sait de quoi l’avenir est fait, où la forte chaleur nous tape un peu sur la tête, il est reposant de s’extraire du temps présent, de fouiller dans ses souvenirs, fouiller dans les archives, prendre la loupe pour voir comment la lumière du présent éclaire les événements passés. C’est en cela que le passé est imprévisible.

En relisant ce que j’ai écrit sur ce blog depuis sa création en 2005 et en déambulant dans les riches archives du journal Le Monde, je suis… Continuer la lecture

Dans cette période estivale troublée où nul ne sait de quoi l’avenir est fait, où la forte chaleur nous tape un peu sur la tête, il est reposant de s’extraire du temps présent, de fouiller dans ses souvenirs, fouiller dans les archives, prendre la loupe pour voir comment la lumière du présent éclaire les événements passés. C’est en cela que le passé est imprévisible.

En déambulant dans les riches archives du journal Le Monde, je suis tombé sur un certain nombre d’articles qui méritent d’être lus – ou relus –… Continuer la lecture

À une époque où tout n’est qu’immédiateté, « temps réel », impatience, vulgarité ; où le bruit, la fureur et la violence dominent, tenter de faire l’éloge de la mesure, de la nuance, semble une gageure, pour ne pas dire une provocation. Pire, c’est, ne pas être moderne, dans l’air du temps. Car, l’air du temps est à la punchline, à la cancel culture importée des États-Unis ; en bon français, à la colère, à dégommer le contradicteur à coups de certitudes.

Penser, prend trop de… Continuer la lecture

Drôle comme l’était la guerre pendant la période qui s’étendit de la déclaration de guerre du 3 septembre 1939 à l’offensive allemande le 10 mai 1940. Drôle parce que, curieusement, elles commencèrent toutes les deux par une affaire de masques. « Phoney war ». « Drôle de guerre ». L’expression, née en Angleterre, avait très vite été adoptée en France. Roland Dorgelès fut paraît-il le premier à employer cette sorte d’oxymore pour exprimer qu’il ne se passait rien de part et d’autre de la ligne… Continuer la lecture