Michel Desmoulin

Juriste de formation, il fait des études à la faculté de Droit de Toulouse, à l'Institut d'Urbanisme de Paris (ENAM) et à l'Institut des Hautes études de droit rural et d'économie agricole. Il entre en 1963 dans le groupe immobilier de la banque Paribas où il effectue toute sa carrière. Il travaille ainsi à la Compagnie de recherches immobilières (CORI) dont il est directeur commercial de 1963 à 1976, puis à Cogedim Vente, où il est directeur général. Il est ensuite PDG de Cogedim Méditerranée de 1976 à 1992 et Directeur général adjoint de Cogedim SA de 1992 à 1994. Il devient finalement directeur général et membre du directoire de la société. Auditeur de la 39e session de l'Institut des hautes études de la défense nationale en 1986-1987, il est président de l'Union des associations d'Auditeurs de l'IHEDN de 1997 à 2001. Il se spécialise dans les questions de défense dont il est devenu un expert et publie ses analyses dans son blog qu'il publie sur Internet depuis octobre 2005.

C’est un sujet que j’ai déjà abordé à plusieurs reprises depuis la création de ce blog en 2005. Pierre Mazeaud, l’ancien président du Conseil constitutionnel, au cours d’un entretien avec Florent Barraco, journaliste au Point, le 30 octobre dernier, raconte : « Lorsque le Général a voulu mettre en place l’élection du président au suffrage universel, Michel Debré et moi nous nous y sommes opposés. On a dit « non » […] Le président est beaucoup trop important dans la démocratie française. Dans la Constitution,… Continuer la lecture

Faut-il que la peur de l’avenir soit profondément ancrée dans le pays, pour que, de l’extrême droite à l’extrême gauche, les dirigeants politiques se pressent à Bayeux et à Colombey, dans l’espoir de puiser, à la source du gaullisme, l’inspiration, un esprit de combat et des solutions aux difficultés de la France. À l’occasion du 51e anniversaire de la mort du général de Gaulle, à peu près tous les candidats à la prochaine élection présidentielle sont allés se recueillir sur la tombe du Général. Au point de provoquer des embouteillages… Continuer la lecture

Plantu sait exprimer, en quelques coups de crayon, ce que l’actualité lui inspire. Il vient de mettre sur sa page Facebook le dessin ci-contre qui symbolise la confusion à laquelle nous assistons, le désordre, le bouleversement général de toutes les valeurs, la fin des certitudes.

Le profond malaise que provoque le flot d’informations, parfois prometteuses, souvent inquiétantes, qui nous bombarde chaque jour, a des conséquences sur le comportement de nos concitoyens ; les excès de langage, les outrances, les propos radicaux, la violence, se multiplient. À la différence de… Continuer la lecture

Je termine une série d’articles sur l’époque que nous vivons. Est-ce une « Belle Époque », comme le pensent certains, en particulier le président Barak Obama, ou est-ce une époque qui donne le vertige, comme le pense l’ancien Premier ministre Édouard Philippe, qui, le samedi 9 octobre dernier, a, dans son discours de lancement de son parti « Horizons », disserté sur « les quatre vertiges », les « quatre transformations incroyablement rapides, incroyablement massives » que nous connaissons. … Continuer la lecture

Je ne sais pas pourquoi, hier soir, quelques minutes après le début du 20 heures de TF1, cette fable a surgi de ma mémoire.

La morale de cette histoire fut contestée. La Fontaine semble considérer qu’il vaut mieux être comme le chien, à l’abri du besoin, avec la famille, malgré les inconvénients, les servitudes…

La question se pose tous les jours. Pour un homme politique, entre autres ! Est-il préférable d’être pauvre, seul, limité dans ses moyens, mais libre ?

« Et ne voudrais pas même à… Continuer la lecture

J’étais à Berlin en novembre 1989, dans les jours qui ont suivi l’ouverture du mur. L’atmosphère qui y régnait, ce jour-là, était extraordinaire. Les Allemands de l’Est se précipitaient en masse à Berlin Ouest dans l’espoir de pouvoir bénéficier du mode de vie occidental. Il flottait dans l’air une exceptionnelle idée du bonheur et de la liberté. À Check Point Charlie, l’émotion était vive, la joie était communicative. Angela Merkel est entrée en politique cette année-là, après la chute du Mur.

Peu de temps après, en 1992,… Continuer la lecture