Les plus anciens téléspectateurs se souviennent que les reportages, les compétitions sportives, les événements retransmis en direct, se terminaient par ces mots, « À vous Cognacq-Jay », prononcés par le journaliste qui rendait l’antenne à la Régie. Depuis le début des années cinquante, la Régie était installée dans deux immeubles du 7e arrondissement qui donnaient l’un sur la rue de l’Université et l’autre sur la rue Cognacq-Jay. Ces immeubles d’habitation avaient été construits sur des terrains qui avaient appartenu à Monsieur Ernest Cognacq et à sa femme, née Marie-Louise Jay, fondateur, entre autres, des magasins de la Samaritaine.

Magic City – La Porte Monumentale

Cet emplacement a une histoire. En 1910, un Anglais, John Calvin Braun, promoteur de célèbres parcs d’attractions, avait jeté son dévolu sur ce terrain qui, sous le Second Empire était utilisé par l’Armée pour le Magasin Central des Hôpitaux militaires. Il avait pour ambition de créer à Paris, dix ans après l’exposition universelle de 1 900, qui avait eu beaucoup de succès, le plus grand parc d’attractions du monde, un parc d’attractions de 40 000 m2 destiné à satisfaire la folle envie de s’amuser de la bourgeoisie aisée.

Le Magic City, nom donné à ce parc d’attractions, fut inauguré le 2 juin 1911. Ce fut une fête inoubliable comme le raconte Dominique Froissant, documentaliste, réalisatrice, dans une brochure éditée par COGEDIM en 2002.

Une porte monumentale, dans le style de l’exposition universelle, avait été érigée à l’angle du pont de l’Alma et du Quai d’Orsay, pour donner le signal de l’existence de ce parc d’attractions qui eut immédiatement un succès considérable, mais de courte durée en raison de « la montée des périls ». En août 1914, le Magic-City fut réquisitionné par les autorités militaires.

Par la suite, entre les deux guerres, des spectacles de music-hall, des réunions politiques, des expositions utilisèrent les locaux dans lesquels on ne s’amusait plus.

Dès le début de l’Occupation allemande, les Nazis cherchèrent un emplacement proche de la tour Eiffel, au sommet de laquelle se trouvait l’émetteur le plus puissant du monde, pour accueillir les installations et studios nécessaires à la création d’un service de télévision destiné aux militaires hospitalisés. Kurt Hinzmann, préposé à la direction de ce service, repéra l’emplacement et eut l’idée de réunir l’ancienne vaste salle de danse du Magic-City, deux immeubles rue de l’Université, un garage et la pension de l’Alma qui se trouvait aux 13-15 de la rue Cognacq-Jay, pour en faire un ensemble de plus de cinq mille mètres carrés.

C’est ainsi qu’est né le lieu de mémoire de la télévision…allemande, le 30 septembre 1943, avant de devenir française !

À la Libération, de jeunes hommes et jeunes femmes, des « pionniers », qui deviendront célèbres, inventèrent, sous la direction de Wladimir Porché et de Pierre Sabbagh, la télévision française.

Je me suis souvent perdu dans ces locaux inextricables quand j’allais voir mon ami Pierre Alaux, qui était, avec Homère Protopapas, un des monteurs de l’émission « Cinq Colonnes à la Une ». C’était dans les années 1958 – 1959. Notre petite bande de Cahors se retrouvait régulièrement rue Cognacq-Jay ou chez Julliard, boulevard Saint Germain, où Pierre Lagarde faisait un stage de librairie. Rue Cognacq-Jay, après avoir tourné à gauche, puis à droite, puis encore à gauche, je ne sais combien de fois, et finir par demander à quelqu’un où était le bureau de Pierre Alaux, je passais un moment à parler avec lui devant sa table de montage. J’ai le souvenir d’y avoir rencontré Pierre Lazareff, Pierre Desgraupes. Pierre Dumayet, Igor Barrère et Eliane Victor, les responsables de cette formidable émission. C’est pour moi, un très grand souvenir.

En 1987, le groupe de Francis Bouygues devint propriétaire de TF1, et donc du 176 rue de l’Université et de son enchevêtrement de studios, d’ateliers de décoration, de magasins d’accessoires, dans lequel seuls les habitués pouvaient s’y retrouver. Les voisins, dont j’étais, ne connaissaient de l’activité dans cet immeuble que les camions de régie qui stationnaient régulièrement devant l’immeuble et encombraient la rue.

Dès que les travaux du nouveau siège de TF1, à Boulogne, Quai du Point du Jour, furent terminés, à la fin du mois de mai 1992, les spécialistes de la promotion du groupe Bouygues réfléchirent à la mise en valeur de ce site qui, après s’être considérablement apprécié, à la fin des années 80 s’était déprécié avec la crise et la chute des valeurs. De plus, les juristes de ce groupe, coté en Bourse, déconseillèrent aux dirigeants de faire réaliser l’opération par une filiale de promotion immobilière de leur groupe. La décision fut donc prise, à la fin de la crise, après un long portage financier, de rechercher le promoteur qui pourrait entreprendre, sur ce site, une opération qui offrirait le meilleur prix au groupe Bouygues. C’est ainsi, que COGEDIM put acquérir les droits de construire sur ce terrain.

Quand la démolition commença, ce fut un choc pour tous ceux qui avaient consacré leur vie à produire les journaux télévisés et des émissions comme « Cinq Colonnes à la Une ».

Un dimanche, au début de l’année 1999, alors que nous nous rendions, ma femme et moi, rue Eblé, au siège du Racing Club de France, pour payer notre cotisation, nous croisâmes Michel Drücker qui venait de nager ses mille mètres comme tous les dimanches. J’évoquai devant lui le projet de COGEDIM. Une heure après, la sonnerie de l’interphone nous fit sursauter. C’était Michel Drücker, accompagné de Dany Saval. Ils voulaient en savoir plus sur le projet. J’allai chercher les plans ; je les dépliai sur la table de la salle à manger. Ils les regardèrent avec beaucoup d’intérêt. À l’évidence, Michel avait envie d’acheter un appartement dans l’immeuble que COGEDIM allait construire sur cet emplacement qui évoquait chez lui tant de souvenirs que Michel a, par la suite, racontés dans son livre : « Mais que va-t-on faire de toi ? »

Nous restâmes un long moment à parler du 37 avenue Bosquet, dans lequel il avait été notre voisin pendant plusieurs années, à parler de football, son autre passion, de son hélicoptère, de son intention de se séparer de l’appartement qu’il occupe rue de l’Université, un triplex au dernier étage avec une vue à 360° sur Paris. Il vivait déjà, malgré son intense activité à la télévision, une partie de la semaine à Saint-Rémy-de-Provence. Il voulait visiter l’immeuble de la télévision, une dernière fois, avant la démolition. Rendez-vous fut pris avec François Chaussade, dès le lendemain. Il vint avec Dany Saval et Stéphanie Jarre, la fille de Dany. La visite des studios, des bureaux, du labyrinthe de couloirs, déclencha chez lui une profonde émotion. Il demanda à Chaussade, qui accepta, s’il pourrait récupérer la plaque du studio de ses débuts. Sur l’encadrement d’une porte, il nous montra la trace de la taille de Philippe Bouvard ! Tout au long de notre évolution dans cet immeuble désert et abandonné, il commenta ses souvenirs depuis sa première apparition sur le petit écran en janvier 1965 entre Léon Zitrone et Roger Couderc qui animaient l’émission : « Sport Dimanche » du dimanche soir. Il évoqua ses premières heures passées dans ces lieux dès la fin de son service militaire. Sur le toit de l’immeuble, ma femme photographia Michel, les bras en croix, semblant tenir d’une main la Tour Eiffel et de l’autre, la gigantesque antenne de France Télévision. Il me confia, quelques mois plus tard, qu’il avait donné cette photo à Télé Sept Jours pour illustrer une interview.

Le 22 février 2002, Henri Caro, Président du Directoire de Cogedim et Alain Robert, Président de Cogedim Résidence, qui avait construit le nouveau 176, rue de l’Université, me convièrent à l’inauguration. Michel Drücker et Pierre Tchernia, accédant à ma demande, acceptèrent de parrainer cette cérémonie et livrèrent, avec leur talent de conteur, des souvenirs personnels sur l’histoire de la télévision française qui est aussi la leur. Toujours intéressé par l’immeuble, Michel Drücker insista pour que je lui fasse visiter quelques appartements et particulièrement celui qu’il avait envisagé d’acheter. Achevé, orienté plein sud, il était superbe. À l’évidence, Michel regrettait de ne pas avoir donné suite. Il reconnut que, comme tout le monde, il avait eu beaucoup de mal à imaginer l’immeuble construit. Il complimenta Evelyne Leclerc, une speakerine des années soixante-dix qui avait acheté sans hésiter.

2 réponses à « À vous Cognacq-Jay »

  • Je me rappelle l’inauguration de cette belle opération
    J’y ai croisé un Pierre Techernia très agréable et disponible

    Que de souvenirs

    Merci

    • Michel Drucker, pendant la visite du chantier de démolition, m’avait donné le numéro de téléphone de Pierre Tchernia et m’avait autorisé à l’appeler. Il était la mémoire de la télévision et, en effet, très disponible. Amitiés fidèles à vous Laurence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.