Le Blog-Notes de Michel Desmoulin

Employer l’expression « Au nom du peuple » est au mieux un abus de langage, au pire une escroquerie intellectuelle. De la part d’un parti politique qui ne peut parler qu’au nom d’une minorité de citoyens, ce ne peut être qu’une stratégie de conquête du pouvoir. Cette pratique politique, appelée populiste, consiste à s’opposer aux élites, au « système », et à promettre que les décisions les plus importantes seront prises par le peuple et non par ses représentants.

Le sens du mot « populisme… Continuer la lecture

14 juillet 2016 – Lors de la traditionnelle interview, François Hollande avait été interrogé sur la place d’Emmanuel Macron au gouvernement. Le Président s’était contenté de répondre que ce n’était pas l’une de ses principales préoccupations. Cependant, « Dans un gouvernement, il y a des règles. La première, c’est la solidarité, c’est l’esprit d’équipe, c’est de défendre le bilan, c’est d’être à plein temps dans sa tâche, et donc c’est une règle qu’il doit respecter. » « Et puis il y en a une deuxième,… Continuer la lecture

Continuons de rembobiner l’année qui vient de s’écouler. Jamais un homme politique n’avait, jusqu’à maintenant, réussi à conquérir le pouvoir en aussi peu de temps. Certes, rien ne s’est passé comme prévu. François Hollande avait renoncé à être à nouveau candidat ; François Fillon, vainqueur de la primaire de la droite, avait été empêché par une mise en examen qui a plombé sa campagne alors que sa victoire était annoncée et Jean-Luc Mélenchon avait brûlé la politesse au candidat de la gauche de gouvernement qui s’est effondré. Marine Le… Continuer la lecture

A la veille de l’été 2016, l’homme qui a succédé à François Hollande était encore peu connu. « Et si c’était lui ? », écrivait Le Point. L’intéressé, lui-même, promettait d’être l’énigme politique de 2016. Le chef de l’État avait rencontré pour la première fois Emmanuel Macron en 2006. Son intelligence, son imagination et, sans doute son culot, avaient probablement séduit François Hollande qui, par la suite, en fit, à 36 ans, un secrétaire général adjoint de l’Elysée. A Amiens, sa ville natale, le 7 avril 2016,… Continuer la lecture

Excédée, exaspérée, par les déclarations du ministre de l’économie sur le travail du dimanche, la maire socialiste de Lille, Martine Aubry, s’était laissée aller à critiquer en ces termes Emmanuel Macron. C’était le 23 septembre 2015 ; il y a un siècle ! Le 16 novembre, le jour où Emmanuel Macron avait officiellement déclaré sa candidature pour 2017, la maire de Lille en avait rajouté une couche : « décidément, ras-le-bol ! »

Dix-huit mois plus tard, au terme d’une interminable période électorale, les… Continuer la lecture

Il faut remonter à 1958 pour trouver, dans le comportement de l’électorat, une certaine ressemblance. Les institutions de la IVe République étaient à bout de souffle, la guerre d’Algérie n’en finissait pas et les Français en avaient assez de l’instabilité gouvernementale, des combinaisons stériles des partis politiques et de la dégradation de l’État. Ils voulaient du changement. Le général de Gaulle, revenu au pouvoir, avait entendu le message et disait à ses proches : « Tout ce qui est à la tête de l’État et du pays… Continuer la lecture

Abonnez-vous

juillet 2017
L M M J V S D
« Juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives